BFMTV

INFOGRAPHIE. Coronavirus: la France teste beaucoup moins sa population que les autres pays

-

- - -

La France est loin d'être le pays ayant réalisé le plus de tests pour dépister le Covid-19, surtout lorsqu'on rapporte ce chiffre à la taille de notre population.

La France va monter en régime pour réaliser les tests détectant le coronavirus, avec "50.000 tests" classiques par jour d'ici fin avril, auxquels s'ajouteront "plus de 100.000" tests rapides par jour "au mois de juin", a déclaré samedi le ministre de la Santé Olivier Véran.

En attendant cette échéance, l'Hexagone semble à la traîne dans ce domaine. Ces dernières semaines, des voix se sont d'ailleurs élevées dans le pays pour déplorer un nombre de tests trop faibles.

12.000 tests par jours en France actuellement, 100.000 réalisés depuis le début de l'épidémie

A l'heure actuelle, environ 12.000 tests seraient réalisés chaque jour. Impossible de connaître précisément leur nombre depuis l'apparition du virus car il faut attendre les bulletins épidémiologiques de Santé Publique France qui tombent au compte-gouttes.

Le dernier date du mardi 24 mars. Il y était indiqué que 101.046 tests avaient été réalisés dans les établissements hospitaliers français. Un mois plus tôt, un peu plus d'une centaine avaient été effectués.

Si ce total peut paraître élevé à première vue, il est finalement assez faible comparé à celui des autres pays. En Allemagne, les autorités réalisent désormais plus de 500.000 tests par semaine. Une campagne encore plus intense que celle menée par la Corée du Sud, qui a réalisé près de 400.000 tests depuis le début de l'épidémie.

La France à la traîne

C'est cependant en rapportant le nombre de tests à la taille de la population nationale que l'écart devient saisissant. Si on regarde le nombre de tests réalisés pour 10.000 habitants dans chaque pays, la France en réalise pour l'instant 15. Cinq fois moins que l'Allemagne (80) ou la Corée du Sud (77).

L'écart se creuse encore lorsqu'on compare cet indicateur avec des États ayant une petite population, comme l'Islande (456), les Îles Féroé (789) ou les Émirats Arabes Unis (228).

Une stratégie éloignée des recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé, qui a mis l'accent sur l'importance des tests dans la lutte contre le Covid-19. Lors d'une conférence de presse à Genève le 17 mars, le directeur de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus avait adressé un signal clair:

"Nous avons un message simple pour tous les pays testez, testez, testez (...). Vous ne pouvez pas combattre un incendie les yeux bandés. "

Un test sur cinq positif en France

Forcément, en choisissant au départ de ne dépister que les cas sévères, ou certaines catégories de population comme les soignants, le taux de positivité des tests réalisés en France est très élevé: près d'un sur cinq est positif (19,9%). Un taux comparable à celui de l'Italie (21,5%) et supérieur à celui des États-Unis (16,6%).

Une situation logique: plus il y a de tests, moins le taux de positivité est élevé. A titre de comparaison, en Allemagne et en Corée du Sud, moins de de 4% des tests sont positifs. Aux Émirats Arabes Unis, le taux est d'à peine 0,3%.

L'infographie ci-dessous rassemble le taux de positivité des tests réalisés dans une quinzaine de pays. Plus la barre est colorée en rouge, plus le taux y est élevé. Cliquez sur la barre pour en savoir plus.

Dans L'Opinion, François Blanchecotte, président national du Syndicat des biologistes, craint que "l’histoire des masques se répète" avec les tests en France: "on ne peut pas tester comme il le faudrait". 

Un constat partagé par Lionel Barrand, président du Syndicat national des jeunes biologistes médicaux, dans Ouest-France:

"Nous avons les machines, les labos, l’organisation… Mais ce qui nous manque, c’est le réactif, le produit qui nous permet de faire le test (...). Des choix stratégiques n’ont pas été faits à temps, on n’a pris la mesure de l’importance du dépistage pour combattre ce virus, malgré les préconisations de l’OMS".
Louis Tanca