BFMTV

Ukraine: quatre anciens pays communistes d'Europe centrale signent un pacte militaire commun

Un garde frontière ukrainien.

Un garde frontière ukrainien. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

La Pologne, la Hongrie, la République thèque et la Slovaquie veulent une "coopération plus dynamique" au niveau militaire. Dans un contexte de tension en Ukraine entre la Russie et l'Union européenne, un pacte de coordination de la défense a été signé et une unité de combat commune a été créé au sein de l'OTAN.

L'Europe centrale s'organise face à la situation en Ukraine. Quatre anciens pays communistes ont signé vendredi un pacte visant à coordonner leur stratégie de défense et créer une unité de combat commune au sein de l'OTAN et de l'Union européenne (UE), en réponse à la crise ukrainienne.

"La situation actuelle en Europe illustre que malheureusement, un conflit militaire, impensable il y a peu, pourrait avoir lieu", a déclaré le ministre de la Défense polonais Tomasz Siemoniak lors d'une conférence de presse à Visegrad, une ville à 40 kilomètres au nord de Budapest.

La crise en Ukraine a démontré l'importance "d'une coopération plus dynamique" entre les quatre pays de Visegrad (Pologne, Hongrie, République thèque et Slovaquie ou V4) an sein de l'OTAN et de l'Union européenne (UE), a-t-il ajouté.

3.000 hommes dès 2016

L'unité de combat "V4-UE", d'un effectif total de 3.000 hommes, sera opérationnelle à partir de 2016. "Elle devrait fonctionner comme une unité régionale au sein des opérations de l'UE ou de l'OTAN", a précisé Csaba Hende, ministre hongrois de la Défense.

Dans l'accord, les quatre pays s'engagent aussi à se joindre à des exercices militaires communs et à coordonner leur budget défense.

Le V4 a été créé en 1991 dans la ville hongroise de Visegrad afin d'assurer une coopération institutionnelle de ces pays dans leur procédure d'adhésion à l'Union européenne (UE), effective depuis 2004.

La Pologne, la Slovaquie et la Hongrie, limitrophes de l'Ukraine

Jeudi, le chef de la diplomatie hongroise Janos Martonyi avait indiqué que les pays de Visegrad étaient particulièrement "vulnérables" à la situation ukrainienne, et attendaient de l'UE une "solidarité" s'ils étaient affectés par de possibles sanctions économiques contre la Russie en raison de la crise en Crimée.

La Pologne, la Slovaquie et la Hongrie possèdent des frontières avec l'Ukraine, où habitent des minorités ethniques de ses pays, essentiellement dans la partie occidentale.

M. P. avec AFP