BFMTV

Ukraine: offensive à l'Est et Conseil de sécurité

A Donetsk, une activiste pro-Russe collecte de l'argent pour son camp devant le batiment d'Etat régional.

A Donetsk, une activiste pro-Russe collecte de l'argent pour son camp devant le batiment d'Etat régional. - -

Le président ukrainien Olexandre Tourtchinov a convoqué samedi soir un Conseil de sécurité, alors que des combats se déroulaient dans plusieurs villes de l'est du pays

Les activistes pro-russes sont repassés à l'offensive samedi dans l'est de l'Ukraine, prenant quasiment le contrôle d'une localité et s'emparant du siège de la police dans la grande ville de Donetsk.

Le président ukrainien Olexandre Tourtchinov a convoqué samedi soir un Conseil de sécurité alors que le ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov a dénoncé sur sa page Facebook "une agression de la Fédération de Russie".

Six jours après une première série d'attaques à l'issue desquelles ils avaient proclamé une "république souveraine", les séparatistes ont lancé un nouveau défi au gouvernement pro-européen de Kiev, installé après le renversement d'un régime pro-russe fin février et plus que jamais confronté au spectre d'un éclatement du pays.

La Russie, qui a mis en garde Kiev contre toute répression sanglante du mouvement, qu'Américains et Ukrainiens l'accusent d'ailleurs d'orchestrer, a massé jusqu'à 40.000 hommes à la frontière selon l'Otan, faisant craindre une invasion.

Manifestants très agressifs

Tôt samedi, des hommes armés, en tenues de camouflage sans insignes, cagoulés et casqués, se sont emparés du commissariat de district de Slaviansk, localité d'une centaine de milliers d'habitants située à une soixantaine de km de Donetsk, la capitale régionale.

Dans l'après-midi, ils ont pris le contrôle du bâtiment des services de sécurité (SBU) dans la même ville, selon la police.

Les assaillants ont reçu le soutien d'une bonne partie de la population, qui s'est massée devant les bâtiments, scandant "Russie! Russie!". Les manifestants se montraient très agressifs avec les journalistes occidentaux présents.

Aucune présence policière n'était visible, alors que le ministre de l'Intérieur Arsen Avakov avait annoncé dans la matinée sur sa page Facebook l'envoi sur place de "forces spéciales" chargés de donner une "réponse ferme" aux "terroristes".

Selon la police et la maire de Slaviansk, Nelly Chtepa, les assaillants sont venus de Donetsk, où les séparatistes tiennent depuis près d'une semaine le siège de l'administration régionale.

"Nous sommes tous d'accord"

Les pro-russes, qui tiennent aussi depuis six jours le siège du SBU dans une troisième ville de l'est, Lougansk, réclament le rattachement à la Russie, ou au minimum un référendum sur plus d'autonomie régionale.

"Nous sommes tous d'accord", a ajouté la maire de Slaviansk, mettant en garde contre toute tentative d'intervention par la force. "Toute la ville fera bouclier pour défendre les gars qui ont pris le bâtiment".

Selon le ministère de l'intérieur, les assaillants se sont emparés de "20 fusils automatiques et plus de 400 pistolets Makarov" qu'ils ont entrepris de distribuer à leurs partisans.

A Donetsk même, quelque 200 manifestants pro-russes ont envahi le siège de la police dans l'après-midi. Ils n'ont rencontré aucune résistance et des membres des forces anti-émeutes sur place ont apparemment changé de camp, arborant les rubans orange et noir des partisans de la Russie.

Suite à ces débordements, le gouvernement provisoire a annoncé le limogeage du chef des services de sécurité régionaux.

C.P. avec AFP