BFMTV

Sanction exemplaire pour le député européen qui a déclaré que les femmes sont "moins intelligentes"

Janusz Korwin-Mikke, eurodéputé polonais du Congrès de la nouvelle droite, en 2010

Janusz Korwin-Mikke, eurodéputé polonais du Congrès de la nouvelle droite, en 2010 - Piotr Rybałtowski - Flickr - CC

Sanction "sans précédent" pour le député européen polonais qui a déclaré qu'il est "normal" que les femmes soient moins payées que les hommes parce qu'elles sont "plus faibles, plus petites, moins intelligentes".

Janusz Korwin-Mikke, le député européen polonais qui avait tenu des propos sexistes au Parlement, a écopé de sanctions "sans précédent", comme le précise l'institution. L'élu monarchiste et ultra-libéral va se voir privé de trente jours d'indemnité journalière (soit environ 9.000 euros), sera suspendu de toutes ses activités parlementaires durant dix jours et ne pourra pas représenter l'institution européenne - lors d'une délégation ou une conférence - pendant un an.

"Il a foulé aux pieds nos valeurs fondamentales"

"Il est normal que les femmes soient moins bien payées que les hommes car elles sont plus faibles, plus petites, moins intelligentes. Dans le classement des Olympiades scientifiques polonaises, quelle était la place de la première femme? 800ème!" avait déclaré l'élu non-inscrit le 1er mars dernier lors d'un débat en séance sur les écarts de salaire entre les hommes et les femmes.

Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, avait annoncé l'ouverture d'une enquête. "Je ne saurais tolérer un tel comportement, d'autant plus grave qu'il est le fait d'une personne qui devrait être le digne représentant des peuples européens, a-t-il déclaré mardi à l'ouverture de la séance de vote à Strasbourg. En insultant toutes les femmes, il a foulé aux pieds nos valeurs fondamentales."

Comme il le précise, "la sévérité de la punition est proportionnelle à la gravité de l'offense". Une pétition, qui a recueilli près d'un million de signatures, demandait que Janusz Korwin-Mikke soit suspendu.

De nombreux précédents

L'homme, âgé de 74 ans et qui s'est présenté cinq fois à l'élection présidentielle en Pologne, est un habitué des provocations. Il a déjà été sanctionné en juillet 2016 par le Parlement pour avoir déclaré que "l'arrivée massive d'immigrants en Europe était comparable à un déversement d'excréments" et avait été privé de dix jours d’indemnités de présence dans l'hémicycle, soit l'équivalent de 3060 euros.

En janvier 2015, après que le Parlement avait observé une minute de silence en hommage aux victimes de l'attaque de Charlie Hebdo à Paris, il avait brandi son ordinateur sur lequel était écrit "Je ne suis pas Charlie, je suis pour la peine de mort". Quelques mois plus tard, il avait été sanctionné pour avoir fait un salut hitlérien au sein du Parlement. Négationniste, il avait également déclaré en 2013 qu'Adolf Hitler n'était pas au courant de l'extermination des juifs car celle-ci avait été organisée par Heinrich Himmler. 

Céline Hussonnois-Alaya