BFMTV

Pays-Bas: un alcoolique se fait euthanasier légalement pour abréger ses souffrances

Un kit d'euthanasie disponible en Belgique. (photo d'illustration)

Un kit d'euthanasie disponible en Belgique. (photo d'illustration) - Etienne Ansotte - Belga / AFP

Aux Pays-Bas, un homme a obtenu de se faire euthanasier dans le cadre de la loi en vigueur dans le pays, au motif qu'il ne supportait plus son addiction à l'alcool.

Un Néerlandais de 41 ans s'est fait euthanasier, après avoir dit à sa famille qu'il préférait mourir plutôt que d'avoir à vivre avec son addiction à l'alcool, rapporte le Daily Mail. Grâce à la loi en vigueur aux Pays-Bas, il a pu planifier la date de sa mort au 14 juillet, "un beau jour pour mourir" selon son frère.

Dans un entretien au magazine néerlandais Linda, ce dernier explique que "les psychologues, les psychiatres, et tous les professionnels de santé ont fait de leur mieux pour l'aider, mais il n'arrivait pas à expliquer ce qu'il ressentait".

Avant de se faire euthanasier, le quarantenaire "a fait des blagues et mangé des sandwiches jusqu'à ce que le médecin arrive", raconte son frère.

Aux Pays-Bas, l'euthanasie est légale

Depuis le 1er avril 2002, les Pays-Bas ont dépénalisé l'euthanasie et le suicide assisté. Chaque personne souhaitant se faire euthanasier doit en faire la demande, en exprimant sa volonté de mourir de façon réfléchie. Toute procédure de fin de vie est également encadrée par une commission spécialisée, qui jugera après l'opération si les médecins doivent être poursuivis ou non.

En octobre dernier, un projet de loi visant à permettre aux personnes âgées d'avoir accès à cette loi sur le suicide assisté a été porté par le gouvernement néerlandais. Les ministres de la Santé et de la Justice estiment que les seniors qui considèrent avoir "accompli leur vie peuvent, selon des critères stricts, être autorisés à finir leur vie de manière digne".

En 2015, plus de 5.500 personnes sont mortes par euthanasie aux Pays-Bas. En France, une proposition de loi sur la "sédation profonde et continue" a été adoptée à l'Assemblée nationale. Elle instaure un droit à l'endormissement pour les malades et personnes en fin de vie.

Florian Huvier