BFMTV

Saint-Jacques de Compostelle: le chauffeur du train présenté au tribunal

Francisco José Garzon est arrivé au tribunal

Francisco José Garzon est arrivé au tribunal - -

Menottes aux poignets, l'homme aux cheveux gris vêtu d'une chemise bleue, le front encore marqué d'une cicatrice, avait pris place à l'arrière d'une voiture de police.

Le chauffeur du train accidenté à Saint-Jacques de Compostelle, accusé "d'homicide par imprudence" après le déraillement qui a fait 79 morts, est arrivé dimanche au tribunal pour être entendu par un juge.

Francisco José Garzon, en garde à vue depuis jeudi et soupçonné d'avoir roulé trop vite sur un tronçon limité à 80 km/h, est arrivé au tribunal dans un fourgon de police à 18h20.

Menottes aux poignets, l'homme aux cheveux gris vêtu d'une chemise bleue, le front encore marqué d'une cicatrice, avait pris place à l'arrière d'une voiture de police, le visage détourné pour éviter les objectifs de la presse.

"Homicide par imprudence"

Le juge chargé de l'enquête judiciaire, Luis Alaez, devait l'interroger pour tenter de comprendre ce qui s'est passé dans la cabine de pilotage du train, qui a déraillé mercredi à 20h42 alors qu'il abordait un virage serré à quatre kilomètres de la gare de Saint-Jacques de Compostelle, arrivant de Madrid.

Les autorités ont mis en cause ce cheminot à la longue expérience professionnelle, accusé "d'homicide par imprudence" pour ne pas avoir freiné à temps à l'entrée d'un tronçon où la vitesse autorisée passe de 220 à 80 km/h.

S. A. avec AFP