BFMTV

Catalogne: 750.000 manifestants dans les rues de Barcelone pour la libération des indépendantistes

Une manifestation de pro-indépendantistes de la Catalogne à Barcelone le 11 novembre 2017.

Une manifestation de pro-indépendantistes de la Catalogne à Barcelone le 11 novembre 2017. - Josep LAGO / AFP

La foule des grands jours s'est déversée dans les rues de la capitale régionale.

De nouvelle manifestations ont émaillé la journée de samedi à Barcelone. Les manifestants demandaient la libération des des dirigeants séparatistes incarcérés, au lendemain de la libération sous caution de la présidente indépendantiste du Parlement catalan, Carme Forcadell. Poursuivie pour "rébellion", elle restera libre sous caution, après s'être engagée à respecter "le cadre constitutionnel".

Selon la police municipale, quelque 750.000 manifestants sont descendus dans la rue de la capitale régionale. La manifestation, qui a duré environ deux heures, avait pour slogan: "liberté pour les prisonniers politiques !"

Carles Puigdemont en Belgique

Les indépendantistes, qui tentent de maintenir la mobilisation avaient appelé à protester à Barcelone à partir de 17 heures. Exigeant la libération de leurs dirigeants, ils espèrent la même affluence qu'à l'occasion de la fête de Catalogne, le 11 septembre dernier. 

D'un montant de 150.000 euros, la caution réclamée à Carme Forcadell est six fois plus élevée que celle, de 25.000 euros, fixée pour cinq autres parlementaires. L'élue de 58 ans est placée sous contrôle judiciaire, celui-ci prévoyant la confiscation de son passeport, l'interdiction de sortie du territoire et l'obligation de se présenter une fois par semaine devant un juge.

De son côté, le président catalan destitué, Carles Puigdemont, se trouve actuellement en Belgique avec quatre ex-ministres de son gouvernement, dans l'attente de l'examen par la justice belge d'un mandat d'arrêt européen émis par l'Espagne. La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a confirmé vendredi que "quatre requêtes catalanes" avaient été déposées devant elle contre l'Espagne. Strasbourg doit maintenant les examiner avant de décider si elles les sont ou non recevables.

Mise sous tutelle de la Catalogne

La CEDH a précisé que l'une d'elles, reçue le 18 octobre, émanait de Carme Forcadell et que Carles Puigdemont l'avait également signée, aux côtés de plusieurs dizaines de parlementaires catalans. La présidente indépendantiste du Parlement catalan avait été entendue jeudi, comme cinq autres parlementaires catalans, dans le cadre de l'enquête pour "rébellion", "sédition" et "malversations", déclenchée après la proclamation de l'indépendance par le parlement catalan, le 27 octobre.

Les parlementaires évitent donc la détention provisoire, à la différence de huit ex-"ministres" du gouvernement séparatiste catalan et des deux dirigeants d'associations indépendantistes incarcérés près de la capitale espagnole. Carme Forcadell, une indépendantiste de la première heure, avait compté un à un les bulletins des élus qui avaient voté pour la sécession le 27 octobre, soit 70 sur 135. Ce vote sans précédent en Espagne a été suivi de la mise sous tutelle de la Catalogne par le gouvernement central, qui a aussi destitué son exécutif, dissous son Parlement et convoqué des élections régionales pour le 21 décembre.

Pour sa défense, Carme Forcadell a assuré devant le juge qu'elle n'avait pas, en tant que présidente du Parlement, "la liberté d'interdire un vote", a dit l'un de ses porte-parole. Elle a aussi expliqué que la déclaration d'indépendance était sans effets juridiques, selon des sources ayant assisté à l'interrogatoire.

Renoncer "à toute activité politique future"

Dans son arrêt sur ces comparutions, le juge Pablo Larrena précise que les élus ont devant lui "renoncé à toute activité politique future", ou dans le cas où ils poursuivraient leur carrière, "renoncé à tout acte hors du cadre constitutionnel". C'est ce qui explique sans doute, d'après le porte-parole du gouvernement conservateur espagnol, que le juge accepte le maintien en liberté contre le versement de cautions.

"Cette déclaration selon laquelle ils ne feront rien contre l'ordre constitutionnel (...) me semble très bien", a-t-il réagi. "Nous assistons au retour à la normalité en Catalogne".

Les propos des parlementaires devant le juge pourraient fâcher une partie du camp indépendantiste, au sein duquel sont déjà récemment apparues des dissensions et qui n'a pas réussi à présenter une coalition en prévision des prochaines élections régionales.

C.H.A. avec AFP