BFMTV

Catalogne: Puigdemont en Belgique "sera traité comme n'importe quel citoyen européen"

-

- - Aurore BELOT / AFP

Le président destitué de Catalogne demande à l'Europe de réagir face au gouvernement de Madrid.

Le Premier ministre belge Charles Michel a assuré ce mardi que le président catalan destitué Carles Puigdemont, actuellement en Belgique, y serait "traité comme n'importe quel citoyen européen, avec "les même droits et devoirs, ni plus ni moins".

Carles Puigdemont, visé par une procédure judiciaire en Espagne, venait d'annoncer de la capitale belge qu'il s'y était déplacé avec une partie de son gouvernement "par sécurité", mais sans l'intention de demander l'asile.

"C'est une erreur énorme que tout le monde va payer"

Lors de la conférence de presse donnée ce midi à Bruxelles, l'ancien président séparatiste affirmait:

"Je m'adresse à la communauté internationale, et tout particulièrement à l'Europe: je leur demande réagir. La cause catalane, c'est la cause des valeurs sur lesquelles sont fondées l'Europe : la démocratie, la liberté, la libre expression, l'accueil, la non-violence. Permettre au gouvernement espagnol de ne pas dialoguer, de tolérer la violence de l'extrême droite, (...) de mettre en prison les gens pendant 30 ans, c'est finir avec l'idée d'Europe. Et c'est une erreur énorme que tout le monde va payer". 

Des élections régionales le 21 décembre prochain

Carles Puigdemont a également assuré qu'il acceptait les élections régionales anticipées du 21 décembre prochain, annoncées par Mariano Rajoy, et qu'il respecterait les résultats du vote.

Il a cependant appelé le "peuple catalan" à maintenir "vivant et fort" le gouvernement de Catalogne. En Espagne, Carles Puigdemont risque jusqu'à 30 ans de prison pour avoir organisé un référendum d'autodétermination, puis déclaré l'indépendance de la Catalogne. 

S.Z avec AFP