BFMTV

Crimée: les militaires ukrainiens autorisés à tirer

Des hommes armés devant une base militaire près du village de Perevalne, à 20km au sud de Simféropol

Des hommes armés devant une base militaire près du village de Perevalne, à 20km au sud de Simféropol - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Alors qu'un militaire ukrainien a été tué dans une tentative d'assaut contre son unité en Crimée, le ministère ukrainien de la Défense a annoncé autoriser les soldats ukrainiens à utiliser leurs armes.

La tension entre l'Ukraine et la Crimée s'intensifie. Un militaire ukrainien a été tué mardi dans une tentative d'assaut contre son unité à Simferopol, chef-lieu de la Crimée occupée par les troupes russes.

En réponse à cette attaque, le ministère ukrainien de la Défense a annoncé autoriser ses militaires à utiliser leurs armes en Crimée. "Pour protéger les vies de nos soldats, les unités militaires ukrainiennes en Crimée ont été autorisées à utiliser leurs armes", argumente le communiqué du ministère.

Plus tôt, le Premier ministre Iatseniouk avait de son côté estimé que le conflit avec la Russie en Crimée passait "de la phase politique à une phase militaire".

Des tentatives d'assaut qui se sont multipliées

Le militaire tué assurait la garde de cette unité abritant les services photos du centre militaire de topographie et de navigation.

Tous les militaires qui se trouvaient sur le territoire de cette unité se sont vu confisquer leurs papiers. "On leur a dit qu'ils étaient arrêtés", a affirmé Vladislav Seleznev, le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense en Crimée.

Le commandant de la marine ukrainienne, Serguiï Gaïdouk, a indiqué également que "les tentatives de prise d'assaut d'unités militaires avec recours aux armes s'étaient multipliées" ces derniers jours en Crimée.

"Un crime de guerre"

Pour le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, ces tirs sur des soldats ukrainiens est un "crime de guerre". "Le conflit passe de la phase politique à une phase militaire", a-t-il déclaré, "aujourd'hui les troupes russes ont commencé à tirer sur nos soldats. C'est un crime de guerre".

Iatseniouk a demandé la convocation d'une réunion des ministres de la Défense ukrainien, russe, américain et britannique "pour éviter la poursuite de l'escalade".

M.G. avec AFP