BFMTV

Affaire Epstein: pas d'enquête criminelle au Royaume-Uni, confirme la police

Jeffrey Epstein s'est suicidé dans la prison de New York où il attendait son procès pour agressions sexuelles sur des mineures.

Jeffrey Epstein s'est suicidé dans la prison de New York où il attendait son procès pour agressions sexuelles sur des mineures. - HO - New York State Sex Offender Registry - AFP

Des accusations visant le milliardaire américain Jeffrey Epstein avaient déjà été communiquées à la police britannique en juillet 2015.

La police britannique a confirmé ce jeudi sa décision de ne pas ouvrir d'enquête criminelle relative à l'affaire Epstein, dans laquelle le prince Andrew est sommé par les plaignantes de témoigner sur ce qu'il savait des activités de son ami.

Dans un communiqué, la police britannique rappelle que lui avaient été signalées en juillet 2015 des accusations visant Jeffrey Epstein et une femme britannique, concernant des faits qui s'étaient déroulés en dehors du Royaume-Uni, hormis des accusations portant sur des faits datant de mars 2001 à Londres.

C'est à cette période que Virginia Roberts, épouse Giuffre, a affirmé avoir été forcée d'avoir des relations sexuelles à Londres avec le prince Andrew alors qu'elle était âgée de 17 ans, puis à deux autres reprises à New York et sur l'île privée de Jeffrey Epstein dans les Caraïbes, accusations démenties par le prince Andrew.

Après avoir évalué les preuves disponibles et entendu la plaignante, la police britannique avait conclu que les enquêtes portant sur des accusations d'exploitation sexuelle se concentreraient "largement" hors du Royaume-Uni. C'est ainsi que la police britannique avait décidé en novembre 2016 de ne pas ouvrir d'enquête criminelle.

"Notre position reste inchangée"

Après le suicide de Jeffrey Epstein dans sa prison new-yorkaise en août dernier, la police britannique avait réexaminé sa décision. "Notre position reste inchangée", a déclaré dans un communiqué le commandant Alex Murray, du service criminel de la police de Londres. Celle-ci n'a "pas reçu de requête formelle d'entraide en lien avec ces accusations", selon la même source.

Le second fils de la reine Elizabeth II, huitième dans l'ordre de succession au trône, a démenti "catégoriquement" ces accusations dernièrement lors d'une interview à la BBC après laquelle il s'est vu reprocher son manque d'empathie à l'égard des victimes de Jeffrey Epstein, accusé d'avoir exploité sexuellement de jeunes filles mineures pendant des années.

Sous le feu des critiques, le prince Andrew, 59 ans, s'est depuis retiré de ses activités officielles. 

C.Bo. avec AFP