BFMTV

Affaire Epstein: le prince Andrew se dit prêt à collaborer avec le FBI

Le prince Andrew

Le prince Andrew - LEON NEAL - AFP

"Les membres de la famille royale coopéreront toujours avec la police de manière appropriée", a-t-on indiqué du côté de Buckingham Palace.

Mis en cause par la presse britannique pour ses liens avec Jeffrey Epstein, ce milliardaire américain accusé d'avoir organisé un vaste réseau d'exploitation sexuelle de jeunes filles âgées parfois de 14 ans seulement, mort d’un apparent suicide en juillet dernier, le prince Andrew a tenu à clarifier sa situation.

Dans un communiqué de Buckingham, ce dernier affirme n'avoir ni "vu" ni "soupçonné" des abus sexuels et "déplore l'exploitation de tout être humain", tout en reconnaissant une amitié avec le défunt.

Des déclarations qui ont provoqué un tollé outre-Manche. A tel point que l’entourage direct du Duc d’York a rétropédalé en ce début de semaine auprès du média américain Daily Beast. "Les membres de la famille royale coopéreront toujours avec la police de manière appropriée" indique-t-on du côté de Buckingham. En filigrane, il est ici indiqué qu’en cas d’enquête du FBI, le prince Andrew collaborera.

Audition à distance? 

A l’heure actuelle, le FBI enquête sur les circonstances de la mort d’Epstein et sur les charges qui pesaient sur lui de son vivant. En revanche, aucune enquête n’a, à l’heure actuelle, été ouverte à l’encontre du membre de la famille royale. De son côté, la police britannique n’avait pas non plus ouvert d’enquête à son sujet.

Il y a quelques semaines, le Daily Mail avait publié une vidéo qui montrerait le prince, fils de la reine Elizabeth II, en train de saluer une femme quittant le domicile d'Epstein à New York en 2010. Virginia Giuffre, une des victimes présumées, avait déclaré en 2016 avoir eu des relations sexuelles avec le prince alors qu'elle était mineure.

Hugo Septier