BFMTV

Allemagne: le procès de néo-nazis aura bien ses médias turcs

Beate Zschäpe sera jugée en mai pour les meurtres de neuf personnes turques ou d'origine turque.

Beate Zschäpe sera jugée en mai pour les meurtres de neuf personnes turques ou d'origine turque. - -

Depuis plusieurs jours, ce procès très attendu était bloqué à cause d'une polémique sur l'absence de médias turcs. Le tribunal de Munich a joué l'apaisement, vendredi.

Déjà très sensible par sa thématique, le procès de cinq néo-nazis qui doit s'ouvrir le 6 mai en Allemagne a également essuyé une polémique nationale sur son traitement médiatique, accusé de discriminer les médias turcs. Vendredi, le tribunal de Munich a joué l'apaisement en lançant une nouvelle procédure d'accréditation.

Polémique sur les places réservées aux médias turcs

Les places réservées à la presse avaient été attribuées sur le principe du "premier arrivé, premier servi", mais nombre de médias allemands avaient été avisés en amont du lancement de la procédure. Les médias turcs n'en avaient obtenu aucune alors que huit des dix victimes des accusés néo-nazis sont turques ou d'origine turque.

Une polémique plus tard, le tribunal de Munich avait décidé lundi dernier de reporter l'ouverture du procès du 17 avril au 6 mai, afin de réexaminer l'octroi des places aux médias étrangers. Quatre places devraient ainsi etre réservées aux médias turcs.

Un procès qui pourrait durer deux ans et demi

Figure principale du procès, Beate Zschäpe, 38 ans, est soupçonnée d'avoir participé aux meurtres de huit Turcs ou Allemands d'origine turque et d'un Grec entre 2000 et 2006, ainsi que d'une policière allemande en 2007. Elle est également soupçonnée d'être impliquée dans deux attentats contre des communautés étrangères et 15 braquages de banque.

Ses deux acolytes, Uwe Böhnhardt (34 ans) et Uwe Mundlos (38 ans), se sont donné la mort le 4 novembre 2011. Tous trois formaient la cellule néonazie Clandestinité national-socialiste (NSU). Quatre personnes soupçonnées de leur avoir fourni une aide logistique se tiendront aussi sur le banc des accusés dans ce procès qui pourrait durer deux ans et demi.

Depuis ces arrestations l'enquête a mis à jour les liens troubles entre l'extrême droite et la police ou le rensegnement, qui ont garanti la tranquilité de ces meurtriers présumés, les soupçons se portant officiellement sur une hypothétique mafia turque.