BFMTV

Échange de prisonniers entre la Russie et Ukraine: le cinéaste Oleg Sentsov de retour à Kiev

Oleg Sentsov à sa libération ce 7 septembre

Oleg Sentsov à sa libération ce 7 septembre - Sergei SUPINSKY / AFP

Le cinéaste ukrainien, arrêté en 2014, avait notamment effectué une grève de la faim de 145 jours. Plusieurs personnalités ukrainiennes figurent parmi les prisonniers libérés.

L'Ukraine et la Russie sont en train d'échanger 70 prisonniers, le premier échange de cette ampleur entre les deux pays depuis le début de la crise en 2014. Le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, dont l'emprisonnement en Russie a provoqué une campagne internationale demandant sa libération, fait partie des prisonniers.

Il a été arrêté en 2014 et condamné à 20 ans dans un camp de la région arctique russe pour préparation "d'attaques terroristes" après l'annexion de la Crimée par Moscou. En 2018, il a effectué une grève de la faim de 145 jours pour exiger la libération de tous les "prisonniers politiques" ukrainiens détenus en Russie. Une campagne de soutien internationale avait été appuyée par de nombreuses personnalités artistiques et politiques.

Plusieurs personnalités ukrainiennes parmi les libérés

Parmi les autres Ukrainiens libérés figurent: le blogueur de 21 ans Pavlo Gryb, le correspondant à Paris de l'agence de presse publique ukrainienne Ukrinform Roman Souchtchenko, le professeur d'histoire Stanislav Klykh ainsi que Mykola Karpiouk, membre de deux mouvements ultranationalistes. 24 marins ukrainiens, capturés l'an dernier par la Russie lors d'un affrontement direct entre Moscou et Kiev, font également partie des prisonniers.

Volodymyr Tsemakh, un ex-chef militaire des séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine et témoin clé dans le crash du vol MH17, fait également partie des prisonniers échangés par l'Ukraine. Une décision contre laquelle les Pays-Bas se sont battus jusqu'au dernier moment, la justice néerlandaise souhaitant interroger le suspect pour leur enquête sur la catastrophe, qui a notamment coûté la vie à 196 Néerlandais.

"Un premier pas" pour le président ukrainien 

C'est un "premier pas" vers la fin de la guerre avec les séparatistes prorusses, qui a fait près de 13.000 morts en cinq ans, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

A l'étranger, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a salué samedi dans un communiqué ce "geste" qui témoigne selon lui "de la volonté" de ces deux pays de "renouer le dialogue". 

La chancelière allemande Angela Merkel a qualifié samedi de "signe d'espoir" l'échange historique de 70 prisonniers entre l'Ukraine et la Russie, appelant à poursuivre le travail pour "mettre en oeuvre les accords de Minsk".

"Cet échange de prisonniers entre la Russie et l'Ukraine est un signe d'espoir (...) Cela vaut la peine de continuer à travailler dur pour mettre en oeuvre les accords de Minsk. Le gouvernement fédéral allemand est prêt à le faire", a-t-elle affirmé dans un communiqué diffusé sur Twitter par son porte-parole, Steffen Seibert.

Donald Trump a félicité les deux pays en estimant sur Twitter que cet échange était "peut-être un premier pas de géant vers la paix" et une "très bonne nouvelle".

Il s'agit du premier échange de prisonniers de cette envergure entre l'Ukraine et la Russie depuis le début du conflit dans l'est de l'Ukraine en 2014. Kiev et l'Occident accusent Moscou de soutenir militairement les séparatistes, ce que la Russie réfute.

Les accords de paix de Minsk, signés en 2015 sous le parrainage de l'Allemagne et de la France, ont permis de réduire considérablement les affrontements dans cette zone, mais le volet politique de ces accords est resté lettre morte. L'arrivée au pouvoir à Kiev de Volodymyr Zelensky, en mai, a cependant facilité quelque peu les relations entre Kiev et Moscou.

Alexandra Jaegy avec AFP