BFMTV

Débris retrouvé à La Réunion: ces indices qui privilégient la piste du MH370

Un avion de la compagnie Malaysia Airlines.

Un avion de la compagnie Malaysia Airlines. - -

Le fragment d'aile retrouvé mercredi sur une plage de La Réunion est acheminé vers la métropole pour être analysé. En attendant le verdict des experts, des indices laissent penser que ce débris provient bel et bien du vol MH370, disparu en mars 2014. Explications.

Et si ce fragment de flaperon échoué sur une plage réunionnaise était un message? Seize mois après la mystérieuse disparition du MH370 avec 239 passagers à son bord, l’appareil n’a jamais été retrouvé, malgré des mois de recherches dans l’océan Indien. Mais depuis mercredi, plusieurs indices refont surface, comme des bouteilles vides retrouvées en mer.

> Le débris appartient à un Boeing 777

Le plus précieux est sans doute celui-ci. Les experts en sont convaincus: le fragment d’aile retrouvé appartient bien à un Boeing 777. Le numéro de série, 657BB, est formel. Selon le manuel de maintenance, il désigne un flaperon, un volet bordant les ailes d'avion, que seuls les appareils de ce modèle possèdent.

-
- © -

Les crashs de 777 se comptent sur les doigts d’une main. On en dénombre cinq qui ont subi un accident grave ces dernières années: Londres en 2008, Le Caire en 2011, San Francisco en 2013, le MH17 en juillet 2014 au-dessus de l'Ukraine et le MH370, sans doute au-dessus de l’océan Indien.

Parmi ces catastrophes aériennes, seul ce dernier n'a pas été retrouvé. Les autres accidents ayant eu lieu sur la terre ferme, le MH370 est donc le seul Boeing 777 à s’être abîmé en mer.

> Les courants correspondent, le timing aussi

Autre indice: le timing entre la date supposée du crash, le 8 mars 2014, et l’échouement de ce fragment d’aile mercredi. "La distance est de 6.700 kilomètres avec environ 500 jours de déplacement. Ça fait du 13 kilomètres par jour. Ce qui donne des courants de l’ordre de 15 centimètres par seconde. Ce sont des ordres de grandeur raisonnables", estime Jean Ternon, chercheur en océanographie à l’IRD de Sète. Autrement dit, la vitesse du débris pourrait correspondre. 

-
- © -

Le flaperon aurait parcouru cette distance grâce aux vents et à un courant marin: le courant sud-équatorial. Après avoir dérivé à l’ouest de l’Australie, en direction de l’équateur, il serait ensuite redescendu vers les côtes de La Réunion.

L’arrivée d’autres débris dans les jours à venir sur les côtes réunionnaises, mais aussi sur celles de Madagascar et sur l’île Maurice, pourrait confirmer la piste du MH370.

> Des bouteilles intrigantes 

Enfin, deux bouteilles dont l’une porterait l’inscription "Malaysia", ont été retrouvées au lendemain de la découverte du fragment d’aile. Des caractères asiatiques sont clairement identifiables même si l’origine exacte des inscriptions reste difficile à déterminer. 

-
- © -

"C’est trop tôt pour dire si c’est un nouveau débris. Cela peut être également un produit jeté à la mer par des cargos qui passent au large", explique Philippe Madubost, le correspondant de BFMTV sur place. Cet élément est donc à considérer avec plus de prudence. Mais un concours de telles circonstances serait une incroyable coïncidence.

Pierjean Poirot