BFMTV

Daesh: l'Australie déjoue des attentats sur son sol

La police australienne se met en place le 18 septembre 2014 pour la plus vaste opération antiterroriste organisée dans ce pays.

La police australienne se met en place le 18 septembre 2014 pour la plus vaste opération antiterroriste organisée dans ce pays. - Australian Federal Police - AFP

Un coup de filet policier a permis d'arrêter une quinzaine de personnes soupçonnées de fomenter des attentats au nom de Daesh (acronyme de l'Etat islamique en arabe). Les terroristes présumés projetaient notamment de "sélectionner des gens au hasard" afin de les décapiter et de filmer ces exécutions.

Des projets d'une barbarie inouïe, destinés à terroriser la population. L'Australie a annoncé jeudi avoir arrêté 15 personnes et déjoué des assassinats sur son sol projetés par des jihadistes de Daesh (encore appelé Etat islamique ou contracté en EI), qui auraient notamment eu l'intention de filmer la décapitation de civils.

Plus de 800 policiers ont participé au coup de filet antiterroriste mené à l'aube dans des banlieues de Sydney et Brisbane, dans les Etats du Queensland et de Nouvelle-Galles du Sud, avec l'objectif d'interpeller 25 membres présumés d'un même réseau.

Niveau d'alerte relevé

Cette opération, la plus grande de ce type jamais organisée en Australie, survient une semaine à peine après que Canberra a relevé son niveau d'alerte face à la menace terroriste représentée par les combattants australiens de l'EI de retour du Moyen-Orient.

Au moins une arme à feu a été saisie, ainsi qu'un sabre. Quinze personnes ont été arrêtées. Parmi elles, un suspect de 22 ans, Omarjan Azari, a été présenté devant un tribunal qui lui a signifié son placement en détention provisoire pour avoir planifié un acte terroriste destiné "à choquer, horrifier et terrifier", selon le parquet.

Filmer des décapitations de civils

D'après l'accusation, il en avait reçu l'ordre par téléphone de la part de l'Australien le plus haut placé au sein de l'EI, Mohammad Baryalei, né en Afghanistan. Il s'agissait, d'après le procureur Michael Allnutt, de "sélectionner des gens au hasard afin de les exécuter de manière plutôt horrible" et de filmer ces actes selon un scénario impliquant "un degré inhabituel de fanatisme".

Selon la télévision publique ABC, les images devaient être envoyées à l'unité médias du groupe EI au Moyen-Orient avant d'être rendues publiques. Les raids ont été décidés après l'interception d'un message d'un "Australien apparemment assez haut placé au sein de l'EI" exhortant "les réseaux de soutien en Australie" à y perpétrer des "meurtres" publics, a confirmé le Premier ministre Tony Abbott.

L'Australie est fortement engagée aux côtés des Américains dans la lutte contre les combattants islamistes, avec la livraison de matériel militaire, d'armes, de munitions ainsi que d'aide humanitaire par l'aviation. Canberra va déployer 600 militaires - dont 400 personnels de l'armée de l'Air - aux Emirats arabes unis (EAU).

D. N. et C. P. avec AFP