BFMTV

D-Day: le tacle d'Emmanuel Macron à Donald Trump dans son discours de commémoration

A l'occasion ce jeudi de la cérémonie de commémoration des 75 ans du Débarquement du 6 juin 1944 en Normandie, Emmanuel Macron n'a pas manqué d'adresser une pique à Donald Trump pour leurs retrouvailles sous tension depuis sa venue en France pour les commémorations du 11-Novembre dernier.

Cette journée de commémorations du D-Day marque en quelque sorte les retrouvailles entre Emmanuel Macron et Donald Trump depuis les cérémonies du 11-Novembre en France, où les relations entre les deux hommes avaient manqué d'atteindre le point de non-retour.

Donald Trump s'était alors largement épanché sur le président français dans une série de tweets virulents quelques jours après son retour aux Etats-Unis. Ne cachant plus sa colère quant à l'idée d'une armée européenne, il avait réglé ses comptes sur la toile. Si depuis les deux hommes ont eu l'occasion de se recroiser, notamment lors de sommets internationaux, cette fois le tête à tête est inévitable.

"L'Amérique, jamais aussi grande que lorsqu'elle se bat pour la liberté des autres"

Et Emmanuel Macron n'a pas manqué de lancer une pique à son homologue américain lors de son discours de ce jeudi midi à Colleville-sur-Mer, en Normandie:

"L'Amérique, cher Président Trump, n'est jamais aussi grande que lorsqu'elle se bat pour la liberté des autres", a-t-il déclaré en se retournant vers Donald Trump.

Une référence sans doute à la position de Donald Trump contre l'immigration clandestine, lui qui accuse le Mexique d'inaction et menace de fermer la frontière entre les deux pays. En effet le président américain a fait part il y a peu de sa volonté de mettre en place "des tarifs douaniers de 5% sur tous les biens en provenance du Mexique" et que ces derniers allaient "progressivement augmenter tant que le problème de l'immigration clandestine n'est pas résolu". Plus récemment encore, l'administration fédérale américaine a annoncé aux centres accueillant des migrants mineurs "non accompagnés" qu'elle ne financerait plus les cours d'anglais, l'aide légale et toute activité "pas directement nécessaire à la protection de la vie et de la sécurité" de ces enfants.

"Jamais cesser de faire vivre l'alliance des peuples libres"

Emmanuel Macron a également appelé le président américain, hostile au multilatéralisme, à "ne jamais cesser de faire vivre l'alliance des peuples libres", citant ensuite comme exemples de cette alliance l'Organisation des Nations unies, l'Otan et l'Union européenne, autant d'institutions que Donald Trump critique régulièrement.

Il faut "retrouver le sel, saisir à nouveau les raisons de cet engagement", a déclaré le président français, qui se pose régulièrement en héraut du multilatéralisme. Donald Trump est au contraire partisan d'une approche contractuelle et bilatérale des relations internationales, fait peu de cas de ces institutions nées dans la foulée de la capitulation nazie et chamboule l'ordre international en place. "L'Amérique n'est jamais aussi grande que lorsqu'elle se montre fidèle aux valeurs universelles que défendaient ses pères fondateurs, lorsqu'il y a près de deux siècles et demi la France vint soutenir son indépendance", a ajouté Emmanuel Macron lors de cette cérémonie solennelle, en présence de vétérans qu'il a décorés de l'ordre de la légion d'honneur.
Manon Fossat