BFMTV

La commémoration du D-Day, dernière cérémonie officielle pour Theresa May

Theresa May prenant la parole à Ver-sur-Mer (Calvados)

Theresa May prenant la parole à Ver-sur-Mer (Calvados) - BFMTV

Le jeu des dernières fois commence pour Theresa May, qui quittera ses fonctions officielles de Première ministre vendredi, à la suite de sa démission.

Le 75e anniversaire du Débarquement en Normandie représente également la dernière apparition officielle à l'étranger de Theresa May, qui quittera formellement ses fonctions de Première ministre vendredi. Elle avait annoncé sa démission le 24 mai dernier, consécutive à son échec de faire adopter un accord sur le Brexit.

Theresa May et Emmanuel Macron ont dévoilé ce jeudi à Ver-sur-Mer (Calvados) la première pierre du mémorial qui sera érigé face à la mer en l'honneur des 22.000 militaires britanniques tombés au cours de la bataille de Normandie en 1944.

Pas un mot sur son départ

Theresa May n'a fait aucune allusion à son prochain départ dans son discours, dans lequel elle a rendu hommage au "courage" et au "dévouement" des 156.000 hommes - dont 83.000 du Royaume Uni et du Commonwealth - ayant débarqué en Normandie le "D-Day".

"Il est extrêmement émouvant de se trouver ici aujourd'hui, de regarder par dessus les plages où eut lieu l'une des plus importantes batailles pour la liberté dans les annales de l'Histoire", a-t-elle déclaré devant 200 invités, la moitié de Britanniques, dont quelques vétérans médaillés.

"Les dirigeants passent mais le travail reste"

Le président français en revanche, a glissé un mot à la fin de son allocution. Emmanuel Macron lui a exprimé "toute (son) amitié": "Cela a été un plaisir de travailler et d'agir en confiance à vos côtés". "Les dirigeants passent mais le travail qu'ils accomplissent reste", a-t-il ajouté. S'exprimant brièvement en anglais, il a réaffirmé la solidité "des liens singuliers" entre la France et le Royaume-Uni, malgré la perspective du Brexit.

"Whatever it takes, we will always stand together because it's our common destiny" ("quoiqu'il arrive, nous serons toujours côte à côte parce que c'est notre destin commun"), a-t-il dit.

Pour lui "les débats du présent n'enlèvent rien, au contraire, à la force de notre histoire partagée et de notre avenir commun".
Salomé Vincendon avec AFP