BFMTV

Trump charge Macron dans une salve de tweets

Le président américain a publié une série de tweets virulents ce mardi 13 novembre, à l'égard de son homologue français. L'Elysée se refuse pour l'heure à tout commentaire.

Donald Trump ne cache plus sa colère vis-vis d'Emmanuel Macron. Deux jours après sa venue à Paris pour le centenaire de l'armistice de 1918, le président américain, qui avait déjà publié un tweet ce mardi pour critiquer une nouvelle fois l'idée d'armée européenne défendue par Emmanuel Macron, s'en prend dans de nouveaux messages au président français, et notamment à sa popularité. 

"Le problème est qu'Emmanuel Macron souffre d'une très faible cote de popularité en France, 26%, et un taux de chômage à près de 10%", a écrit le locataire de la Maison Blanche. Avant de poursuivre dans un second tweet: "MAKE FRANCE GREAT AGAIN" ("Rendre sa grandeur à la France") en écho à son slogan de campagne, "Rendre à l'Amérique sa grandeur".

Trump règle ses comptes

Donald Trump semble régler ses comptes après son retour de Paris, où il se trouvait ce week-end pour les commémorations du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale

Ainsi, dans un autre message publié sur le réseau social, le président américain, revient sur l'épisode de sa visite au cimetière américain de Bois Belleau, dans l'Aisne, annulée samedi, officiellement en raison de la pluie. Une annulation qui avait été suivie de bon nombre de critiques.

"Quand l'hélicoptère n'a pas pu voler jusqu'au cimetière à cause de la très faible visibilité, j'ai proposé d'y aller en voiture. Les services secrets ont dit NON. (...) J'ai fait un discours le jour suivant au cimetière américain (de Suresnes, ndlr) sous une pluie battante!", a-t-il écrit, avant de dénoncer des "fake news".

La France dans le viseur

Quelques minutes plus tôt, Donald Trump avait déjà consacré deux tweets virulents à l'égard de la France ce mardi après-midi.

Dans un premier message, il s'en était pris une nouvelle fois à la proposition d'Emmanuel Macron de créer une armée européenne, quelques jours après avoir jugé très "insultants" les propos de son homologue français sur la création d'une telle force militaire.

"Emmanuel Macron a suggéré la création de leur propre armée pour protéger l'Europe contre les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Mais c'était l'Allemagne dans la Première et la Seconde Guerre mondiale. Comment ça a marché pour la France? Ils commençaient à apprendre l'allemand à Paris avant que les Etats-Unis n'arrivent", avait-il ironisé, faisant référence, semble-t-il, à l'occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Puis dans un autre message, il avait brandi la menace d'une sanction commerciale à l'égard de l'Hexagone, visant tout particulièrement la filière vin.

"La France fait de l'excellent vin, mais les États-Unis aussi. Le problème est qu'il est très difficile de vendre du vin américain en France, avec des tarifs (douaniers) élevés. Pendant ce temps, il est facile de vendre du vin français aux États-Unis, avec de faibles tarifs douaniers. Ce n'est pas juste et cela doit changer", avait ainsi écrit le locataire de la Maison Blanche.

L'Elysée ne commente pas

L'Elysée se refuse pour l'heure à tout commentaire après cette série de tweets, indique l'AFP. Dans une interview accordée à CNN samedi soir, Emmanuel Macron avait taclé Donald Trump et son utilisation des réseaux sociaux. 

"Je préfère avoir une discussion directe plutôt que de faire ma diplomatie par des tweets" avait expliqué le président de la République, quelques heures seulement après avoir reçu le leader américain dans le palais présidentiel. 
Adrienne Sigel