BFMTV

Australie: aux commandes d'un bateau, Finn devient le symbole des populations déplacées par les feux

Finn aux commandes de son bateau

Finn aux commandes de son bateau - Allison Marion

Avec d'autres familles habitant dans l'est du pays, il s'était réfugié sur une plage afin d'échapper aux flammes qui dévastent la région.

D'ici samedi, les habitants de l'est de l'Australie, en particulier des provinces de Nouvelle-Galles du Sud et de Victoria devraient être touchés par un nouveau pic de chaleur, qui devrait favoriser la progression des immenses incendies qui défigurent le pays depuis début septembre, et qui ont fait au moins 18 morts.

La semaine passée, la région avait déjà due être partiellement évacuée et de nombreux locaux et touristes s'étaient retrouvés bloqués sur des plages et avaient du emprunter des bateaux afin de se mettre en sécurité.

Une photo-symbole

C'est le cas, comme le relate le média australien ABC, d'Allison Marion et de son fils Finn, originaire de la ville de Mallacoota, à l'est de Melbourne, qui est devenu le symbole de ces populations déplacées à cause de l'incendie.

Une photographie montrant le garçon de 11 ans, masque sur la bouche, aux commandes d'un bateau entouré par les flammes, a fait le tour du pays, puis, peu à peu de la planète, puisque repris par de nombreux médias locaux et internationaux. 

"Je suis très fière"

Auprès d'ABC, Allison Marion se rappelle de l'ambiance qui entourait le cliché, pris selon elle "pour ne pas oublier l'histoire de notre famille". 

"Finn conduit le bateau et mon autre fils s'est occupé du chien, je suis très fière d'eux deux. Nous avons eu la chance d'être avec un groupe d'autres personnes de Mallacoota et d'autres familles qui nous ont aidés", détaille-t-elle. 

Quelques heures plus tard, cette dernière, en compagnie de ses deux enfants, a pu regagner son domicile qui, miraculeusement, a été épargné par les flammes. 

"Notre rue a échappé au feu, cependant, je pense que beaucoup de gens dans notre communauté ont perdu leur maison. C'est vraiment triste", tempère-t-elle. 

La mère de famille se montre inquiète pour les jours à venir. 

"Je pense que tout le monde doit encore être vigilant et nous soutenir mutuellement. Et je pense que la chose la plus importante, c'est que tout le monde soit en sécurité."

La photographie, qui a touché de nombreuses personnes, a également été mise en Unes de nombreux quotidiens, dont le Daily Telegraph et The West Australian.

Hugo Septier