BFMTV

Russie: trois ans et demi de camp pour un partisan présumé de Daesh qui préparait un attentat

"Il est évident qu'il s'agit d'une violation grossière de la souveraineté de la Syrie", a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères.

"Il est évident qu'il s'agit d'une violation grossière de la souveraineté de la Syrie", a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères. - AFP

Jeudi, la justice russe a annoncé la condamnation à trois ans et demi de camp d'un partisan présumé de Daesh qui préparait un attentat à Saint-Pétersbourg.

Un Russe, partisan présumé du groupe jihadiste Daesh, a été condamné à trois ans et demi de camp pour avoir préparé un attentat à Saint-Pétersbourg, déjoué selon le Kremlin grâce à la coopération des États-Unis, a annoncé jeudi la justice russe.

Cathédrale Notre-Dame-de-Kazan

"Firouz Kalavourov, 19 ans, accusé d'avoir préparé un acte terroriste dans la cathédrale Notre-Dame-de-Kazan au centre de Saint-Pétersbourg, a été condamné mercredi soir à trois ans et demi de camp par le tribunal Smolninski" de Saint-Pétersbourg, a indiqué le service de presse de cette instance judiciaire dans un communiqué.

Selon les enquêteurs, Firouz Kalavourov avait suggéré à ses complices l'idée de perpétrer un attentat-suicide dans la très touristique cathédrale Notre-Dame-de-Kazan, alors que ceux-ci pensaient au début à une attaque au couteau. 

Il avait été interpellé en décembre 2017 avec six autres personnes, tous adeptes présumés de Daesh selon les services de sécurité russes (FSB).

Une opération rendue possible par la CIA

Cette opération avait été rendue possible, selon Moscou, par des renseignements transmis par la CIA. Le président russe Vladimir Poutine avait alors appelé son homologue américain Donald Trump pour le "remercier" de son aide. Donald Trump avait pour sa part estimé que la coopération entre les services de renseignement russes et américains avait permis d'éviter des "milliers" de victimes dans la deuxième ville de Russie.

Deux personnes ont été déjà été condamnées dans le cadre de cette affaire.

Parmi elles figure Evguéni Efimov, professeur d'anglais de 18 ans, qui a été reconnu coupable en août de "fabrication illégale de substances explosives" et de "préparation d'acte terroriste", et condamné à cinq ans de camp à "régime sévère".

B.L. avec AFP