BFMTV

Fabius: Poutine "reste invité" aux commémorations du Débarquement

Laurent Fabius dans les studios d'Europe 1 le 18 mars 2014.

Laurent Fabius dans les studios d'Europe 1 le 18 mars 2014. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le référendum en Crimée a nettement refroidi les relations diplomatiques entre la Russie et l'Union européenne. Mardi matin, Laurent Fabius est revenu sur ce climat tendu.

Laurent Fabius a soutenu mardi matin sur Europe 1 que le Président russe Vladimir Poutine "restait invité" le 6 juin en France aux commémorations du Débarquement allié.

Une déclaration qui intervient durant la crise diplomatique qui oppose la Russie et les pays occidentaux, à propos notamment du plébiscite de la Crimée pour revenir dans le giron russe.

Ne pas cautionner l'action des russes

Malgré cette invitation maintenue, le gouvernement tente de rester ferme face au pouvoir russe, qui vient de reconnaître la Crimée comme étant un état souverain. Laurent Fabius a affirmé qu'en tant que ministre des Affaires étrangères, il renonçait à se rendre à une réunion prévue de longue date avec l'exécutif russe. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, n'ira pas non plus en Russie.

"Dans les conditions actuelles, nous avons jugé que c'était inopportun", a expliqué Laurent Fabius sur Europe 1. La réunion est donc reportée. Le gouvernement ne veut pas donner l'impression qu'il "cautionne" le comportement de la Russie. "Dans le même temps, nous continuons à discuter avec les Russes, même si nous ne sommes pas d'accord", a continué le ministre.

Lundi, le chef de la diplomatie française avait opté pour un ton très dur, menaçant la Russie d'annuler la vente de navires Mistral "en cas d'escalade" en Ukraine. Jugeant la Russie "totalement isolée", Laurent Fabius l'a mise en garde mardi matin contre "une catastrophe économique", tout en affirmant rester soucieux de "la réalité de l'emploi et de l'économie" en France.

>> Ecouter la déclaration complète:

S. C. et M. K. avec AFP