BFMTV

Comment la Corée du Nord a obtenu sa bombe nucléaire

La Corée du Nord a procédé à son troisième essai nucléaire dans le nord du pays

La Corée du Nord a procédé à son troisième essai nucléaire dans le nord du pays - -

L'acquisition des technologies nucléaires par Pyongyang date des années 90 et aurait été achetées à grands renforts de dollars au Pakistan.

La Corée du Nord a procédé mardi à un essai nucléaire, le troisième, malgré les mises en garde répétées de la Chine et de la communauté internationale. Une "série d’essais devient forcément un facteur important. C’est le signe d’un développement d’un programme militaire nucléaire", s'est alarmé, sur BFMTV, le spécialiste de la Corée de Nord Pierre Rigoulot.

Si le programme nucléaire nord-coréen a débuté vers la fin des années 80, c’est dans les années 90, sous le règne de feu Kim-Jong-il que le régime de Pyongyang a obtenu à renforts de millions de dollars la technologie nucléaire par le père de la bombe atomique pakistanaise, Abdul Qadeer Khan.

 >> Décryptage de la situation en Corée du Nord avec notre spécialiste géopolitique Harold Hyman

Ainsi en 2011, le Washington Post dévoilait un courrier signé par le secrétaire du parti communiste nord-coréen Jon Byong Ho. "Donnez s'il vous plaît les documents convenus et les composants", écrit-il. Des militaires pakistanais, qui ont démenti, auraient ainsi perçu d’importants virements d’argent pour autoriser la fuite de renseignements entre Islamabad et Pyongyang.

Des millions de dollars versés au Pakistan

L’acquisition de l’arme nucléaire à des fins militaires pourrait donc dater de l’année 1998. La lettre, datée du 15 juillet, évoque le versement de 3 millions de dollars à Jehangir Karamat, chef d'état-major de l'armée pakistanaise et d’un demi-million ainsi que des diamants au lieutenant-général Zulfiqar.

Pour la Corée du Nord, la bombe atomique revêt un enjeu majeur comme l’attestent les premières revendications d’essais concluants en 2005. Mis au ban de la communauté internationale, le régime pouvait alors tenter un chantage pour sortir de son isolement mondial et assurer la protection de ses intérêts et notamment sa non-agression par l’extérieur. D’autant plus que Kim-Jon-il s’était exclu du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires signé en 1985, et en vigueur depuis 1968.

En 2004, le docteur Abdul Qadeer Khan avait admis à la télévision avoir vendu de la technologie, des équipements et du savoir-faire à la Corée du Nord. Mais aussi à l'Iran de Khomeiny et à la Libye de Kadhafi. Un bien lucratif trafic sans doute.