BFMTV

Le Pakistan a remis à l'Inde son pilote capturé au cachemire

Les soldats pakistanais autour de l'épave d'un avion indien abattu le mercredi 27 février 2019. - TAUSEEF MUSTAFA / AFP

Les soldats pakistanais autour de l'épave d'un avion indien abattu le mercredi 27 février 2019. - TAUSEEF MUSTAFA / AFP - -

Des frappes aériennes avaient été échangées entre ces deux pays qui s'opposent pour dominer la région du Cachemire depuis plus de 70 ans.

Le Pakistan a remis ce vendredi à l'Inde un pilote capturé cette semaine au Cachemire, un "geste de paix" ostensiblement destiné à mettre fin à l'une des plus graves crises de ces dernières années entre les deux puissances nucléaires.

Le lieutenant-colonel Abhinandan Varthaman, vêtu en civil, a traversé à pied le poste-frontière de Wagah avec plusieurs heures de retard sur le programme annoncé, avec ce qui ressemblait à un oeil au beurre noir.

Une arrivée saluée par le Premier ministre

Accompagné d'une femme et de plusieurs militaires armés, il s'est arrêté quelques instants le temps que la haute grille séparant les deux pays s'ouvre devant lui. Une fois passé en territoire indien, il a serré la main d'un militaire, tandis qu'un autre lui a donné une accolade.

Son arrivée a été saluée par le Premier ministre indien Narendra Modi sur Twitter. "Bienvenue à la maison, lieutenant-colonel Abhinandan! La nation est fière de votre courage exemplaire".

Le poste-frontière de Wagah, situé entre les grandes villes de Lahore (au Pakistan) et Amritsar (en Inde), est un lieu hautement symbolique connu pour offrir chaque après-midi une cérémonie militaire haute en couleurs avec parades millimétrées dans chaque camp et claquements de bottes, face à un public galvanisé par la ferveur patriotique.

Des milliers de personnes avaient attendu toute la journée côté indien, agitant des drapeaux et chantant des slogans pour accueillir celui qui est devenu un héros dans son pays. La foule s'était ensuite dispersée au fil des heures avant son arrivée.

"Un geste de paix"

Sa libération, annoncée jeudi par le Premier ministre pakistanais Imran Khan, avait été présentée comme un "geste de paix" en direction de l'Inde après la dangereuse confrontation militaire qui a opposé cette semaine les deux frères ennemis.

Pour la première fois depuis des décennies, des avions de chasse des deux pays s'étaient affrontés et avaient procédé à des incursions en territoire adverse, suscitant l'inquiétude de la communauté internationale qui redoutait que la situation n'échappe au contrôle de leurs dirigeants. Les appels à la retenue s'étaient multipliés de toutes parts.

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian s'est félicité vendredi de "l'apaisement des tensions entre l'Inde et le Pakistan et de la libération du pilote", selon un communiqué. La Chine a également salué ce "geste de bonne volonté".

Jeanne Bulant avec AFP