BFMTV

Essai nucléaire nord-coréen: la Corée du Sud souhaite "la punition la plus forte"

Le Japon condamne l'acte nord-coréen

Le Japon condamne l'acte nord-coréen - str - Yonhap - AFP

Les réactions internationales ne se sont pas faites attendre à la suite d'un nouvel essai nucléaire nord-coréen, ce dimanche.

Le président sud-coréen a demandé, ce dimanche "la punition la plus forte" contre la Corée du Nord, y compris de nouvelles sanctions de l'ONU, après l'annonce d'un essai réussi d'une bombe H par Pyongyang.

Moon Jae-In a demandé "toutes les mesures diplomatiques, et notamment des sanctions au Conseil de sécurité de l'ONU pour isoler complètement la Corée du Nord", a déclaré le conseiller du président sud-coréen après une réunion d'urgence du Conseil de sécurité nationale.

"Le gourvernement chinois exprime son opposition résolue"

De son côté, le Japon condamne également fermement ce nouvel essai nucléaire nord-coréen. "C'est absolument inacceptable et nous devons le dénoncer fermement. Je réunis le conseil national de sécurité pour collecter les informations qui nous proviennent et les analyser", s'est exprimé Shinzo Abe, Premier ministre japonais.

La Chine a également réagi au test d'une bombe H par la Corée du Nord. Pékin a "condamné vigoureusement" le nouvel essai nucléaire tout en exhortant Pyongyang à "cesser d'aggraver la situation" avec des "gestes qui ne servent pas ses intérêts".

La Corée du Nord "a ignoré l'opposition générale de la communauté internationale et effectué un nouveau test nucléaire. Le gouvernement chinois exprime son opposition résolue et condamne vigoureusement" cette action, a indiqué dans un communiqué le ministère chinois des Affaires étrangères.

La Russie appelle à rester calme

La Russie a estimé, de son côté, que le nouvel essai nucléaire nord-coréen "mérite la plus forte condamnation" tout en lançant un appel au calme.

"Cette dernière manifestation par Pyongyang de mépris pour les exigences des résolutions en la matière du Conseil de sécurité de l'ONU mérite la plus forte condamnation", a-t-on pu lire dans un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères. Le texte ajoute qu'il est "impératif de rester calme et s'abstenir de toute action qui conduirait à une nouvelle escalade".

Arthur Blanquet avec AFP