BFMTV

Coronavirus: le rapatriement des ressortissants étrangers s'organise malgré les interdictions de circulation

Des passagers en provenance de Chine arrivent à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 26 janvier 2020

Des passagers en provenance de Chine arrivent à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 26 janvier 2020 - Alain JOCARD / AFP

Malgré les restrictions de circulation mises en place par les autorités chinoises pour limiter la propagation du virus, plusieurs pays ont émis le souhait d'organiser le rapatriement de leurs ressortissants dans les jours à venir.

Un mois après l'apparition du virus nCoV 2019 sur un marché de la ville chinoise de Wuhan, et alors que plusieurs personnes contaminées ont été recensées aux Etats-Unis, au Canada, en France, en Asie et en Australie, plusieurs pays envisagent d'évacuer par leurs propres moyens leurs ressortissants. Les Etats-Unis, où un troisième cas a été confirmé en Californie, ont ainsi annoncé ce dimanche qu'ils espéraient faire partir un vol direct de Wuhan pour San Francisco mardi.

"La place est extrêmement limitée et, s'il n'est pas possible de transporter tout le monde, priorité sera donnée aux personnes les plus à risque", a précisé le département d'Etat américain.

Depuis longtemps installé à Wuhan, le constructeur automobile PSA a par ailleurs fait part samedi de sa volonté de rapatrier ses expatriés et leurs familles, soit 38 personnes au total. "Cette initiative est en cours de mise en oeuvre en totale coordination avec les autorités chinoises et le consulat général de France", a indiqué la direction de l'entreprise, qui envisage de faire transiter ses employés par la ville de Changsha, à 300 km du foyer de l'épidémie.

Les autorités japonaises ont également annoncé ce dimanche qu'elles étaient en discussion avec leurs homologues chinois pour organiser le retour de quelque 700 citoyens présents à Wuhan. Le Premier ministre Shinzo Abe a évoqué la possibilité de faire décoller un charter.

Routes, vols et trains suspendus

Ces rapatriements s'annoncent toutefois complexes à mettre en oeuvre, la ville de Wuhan, et plus largement la province du Hubei, ayant été placée en quarantaine. Depuis jeudi dernier, les trains et les avions n'ont en effet en principe plus le droit de quitter les lieux afin d'éviter la propagation du virus qui a déjà fait 56 morts en Chine. La circulation automobile "non essentielle" a également été coupée dans plusieurs agglomérations de la région.

Vendredi, Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, assurait pourtant qu'il comptait "mettre en place, en lien avec les autorités locales, un service d’autobus permettant aux ressortissants français qui le souhaitent et à leurs conjoints et enfants de quitter la ville de Wuhan". L'objectif serait d'évacuer les 500 Français qui résident à Wuhan vers une ville voisine où ils resteront placés en quarantaine - pour 14 jours, temps d'incubation du virus. 

Samedi, le ministère se montrait toutefois plus évasif, expliquant dans un communiqué qu'il étudiait "en lien avec les autorités chinoises, les options éventuelles qui permettraient à nos ressortissants qui le souhaitent de quitter la ville".

La Chine se barricade

Ces derniers jours, les autorités chinoises n'ont cessé de renforcer les mesures pour tenter de limiter la propagation du virus. Outre la suspension du trafic aérien, routier et ferroviaire dans la région de Wuhan, Pékin a annoncé samedi l'annulation temporaire des voyages organisés en Chine et à l'étranger. A compter de lundi, les agences de voyage chinoises ne pourront plus vendre de réservations d'hôtels ni de voyages à des groupes, ont précisé les médias locaux.

La métropole chinoise de Shanghai, où une personne contaminée est décédée, a par ailleurs décidé de suspendre immédiatement les lignes d'autocars longue distance, dans le cadre des mesures destinées à enrayer l'épidémie de pneumonie virale. Idem dans les villes de Pékin, Tianjin et Xian. De nombreux sites touristiques ont été fermés et les cérémonies du Nouvel an chinois ont été annulées.

Mélanie Rostagnat