BFMTV

Coronavirus: quelles options pour les ressortissants français encore en Chine?

Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en mars 2019

Le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en mars 2019 - AFP - Julien de Rosa

Le groupe automobile hexagonal PSA a annoncé ce samedi qu'il allait rapatrier ses expatriés et leurs familles vivant dans la région de Wuhan, ville chinoise où est apparu un coronavirus. Dans un communiqué, le Quai d'Orsay se montre plus équivoque.

En Chine, PSA est sur le pied de guerre. Le groupe automobile français a annoncé ce samedi qu'il allait rapatrier ses expatriés et leurs familles vivant dans la région de Wuhan, la ville où est apparu un coronavirus à l'origine d'une épidémie

"Cette initiative est en cours de mise en oeuvre en totale coordination avec les autorités chinoises et le consulat général de France", a indiqué le fabricant automobile dans un communiqué, qui précise que 38 personnes au total sont concernées.

Déplacement préalable à 300 km de Wuhan

Les choses se feront-elles toutefois aussi rapidement? La direction régionale du groupe basée en Chine dit préparer, avec les équipes centrales du groupe PSA, les "éléments nécessaires à l'organisation du transport et de l'hébergement pendant la période de quarantaine à Changsha, avant le rapatriement vers leurs pays d'origine".

Changsha se situe à environ 300 kilomètres de Wuhan, dans la province du Hunan. PSA a par ailleurs indiqué qu'il œuvrait avec son partenaire chinois DFM pour prendre "toutes les mesures permettant de prendre soin des employés chinois de leur entreprise commune DPCA". Leur coentreprise compte trois usines à Wuhan avec 2000 employés. 

Évacuation par bus?

Reste à savoir comment ce rapatriement sera concrètement mis en œuvre. Dans un communiqué publié ce samedi, le ministère français des Affaires étrangères se montre plus équivoque que la direction de PSA. Le Quai d'Orsay se dit "en contact permanent avec l'ambassade de France à Pékin, le consulat général à Wuhan et le réseau diplomatique et consulaire français". 

"Nous sommes particulièrement attentifs aux préoccupations de nos compatriotes à Wuhan. (...) Nous étudions, en lien avec les autorités chinoises, les options éventuelles qui permettraient à nos ressortissants qui le souhaitent de quitter la ville", peut-on lire dans le communiqué.

Déjà vendredi, le ministère envisageait d'évacuer nos ressortissants de la zone de Wuhan par bus. Environ 500 personnes sont inscrites auprès du consulat français de cette ville de 11 millions d'habitants, rappelle France 24. Les Français y résidant devraient être évacués vers une ville voisine où ils resteront placés en quarantaine - pour 14 jours, temps d'incubation du virus. 

"Le consulat général de France à Wuhan a informé les ressortissants français se trouvant à Wuhan qu’il envisage de mettre en place, en lien avec les autorités locales, un service d’autobus permettant aux ressortissants français qui le souhaitent et à leurs conjoints et enfants de quitter la ville de Wuhan", a indiqué vendredi Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.
Jules Pecnard avec AFP