BFMTV
États-Unis

Washington lève une série de restrictions visant Cuba, qui salue "un petit pas dans la bonne direction"

Les relations se détendent entre Cuba et les États-Unis

Les relations se détendent entre Cuba et les États-Unis - Paul Richards - AFP

L'administration du président Joe Biden a annoncé ce lundi la levée d'une série de sanctions visant Cuba, notamment sur les procédures d'immigration, les transferts d'argent et les liaisons aériennes.

L'administration Biden a annoncé ce lundi la levée d'une série de restrictions visant Cuba, notamment sur les procédures d'immigration, les transferts d'argent et les liaisons aériennes, une décision qui promet de susciter un vif débat tant le sujet est politiquement sensible aux Etats-Unis.

Selon un communiqué du département d'Etat, l'administration Biden va notamment remettre en place un programme suspendu depuis plusieurs années, qui facilitait les procédures d'immigration de membres d'une même famille. Elle promet aussi d'augmenter les capacités de traitement des demandes de visas à La Havane.

Les sanctions financières visant des personnalités restent en place

Les Etats-Unis vont également supprimer le plafond de 1000 dollars par trimestre et par émetteur/bénéficiaire qui limitait jusqu'ici les transferts d'argent vers Cuba, et vont autoriser par ailleurs des envois d'argent hors du cadre familial. Ce plafond avait été décidé par l'ancien président Donald Trump, qui avait pris une volée de mesures contre Cuba pendant son mandat.

Le département d'Etat précise toutefois que ces flux financiers ne doivent pas "enrichir" des personnes ou entités violant les droits humains.

L'administration Biden va aussi augmenter le nombre de vols entre les Etats-Unis et l'île, en autorisant la desserte d'autres villes que La Havane. Elle va également autoriser certains voyages de groupes qui sont pour l'heure interdits.

Les sanctions financières visant des personnalités ou des entités cubaines restent toutefois en place, a tenu à préciser l'administration Biden.

Embargo toujours en place

Le gouvernement cubain a salué "un petit pas dans la bonne direction", soulignant que cela "ne modifie pas l'embargo" en vigueur depuis 1962.

"Ni les objectifs, ni les principaux instruments de la politique des Etats-Unis contre Cuba, qui est un échec, ne changent", a réagi sur Twitter le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez.

A.G avec AFP