BFMTV

Ukraine: Poutine a appelé Obama pour parler d'une sortie de crise

Vladimir Poutine salue Barack Obama à l'occasion de l'ouverture du G20 le 5 septembre 2013 à Saint-Pétersbourg.

Vladimir Poutine salue Barack Obama à l'occasion de l'ouverture du G20 le 5 septembre 2013 à Saint-Pétersbourg. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le président russe Vladimir Poutine a appelé vendredi son homologue Barack Obama pour parler de la proposition américaine de sortie de crise en Ukraine.

Vladimir Poutine a appelé le président américain Barack Obama pour parler d'une proposition américaine de sortie de crise, rapporte la Maison Blanche vendredi.

Déjà formulée par les Etats-Unis, elle va faire l'objet de discussions directes entre les chefs de la diplomatie des deux pays, John Kerry et Sergueï Lavrov, a précisé la présidence américaine depuis Ryad où Barack Obama est en visite. Le président américain a "suggéré que la Russie mette par écrit une réponse" à cette proposition, selon la même source.

Cet appel à l'initiative de Vladimir Poutine était a priori le premier depuis que Washington a imposé de nouvelles sanctions contre de hauts responsables russes ou proches de Vladimir Poutine, ainsi qu'une banque.

"Aucune intention" d'envahir le sud ou l'est de l'Ukraine

Le président Obama a menacé de s'en prendre à des "secteurs clé" de l'économie russe si jamais Moscou ne changeait pas d'attitude, et a consacré une grande partie d'une tournée en Europe cette semaine à tenter de rassembler ses alliés pour rejeter les visées du Kremlin.

Plus tôt, Barack Obama a exhorté Vladimir Poutine à retirer ses troupes massées le long de la frontière de l'Ukraine, qui craint une invasion de sa partie orientale après la perte de la Crimée. Il a réitéré cette demande lors de sa conversation avec le président russe.

De son côté, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a indiqué vendredi qu'il avait reçu des assurances de Vladimir Poutine qu'il n'avait "aucune intention" d'envahir le sud ou l'est de l'Ukraine.

dossier :

Barack Obama

L. B. avec AFP