BFMTV

Nouvelle plainte contre Trump pour ses revenus provenant de l'étranger

Donald Trump de retour à la Maison Blanche après un week-end dans son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey, le 11 juin 2017

Donald Trump de retour à la Maison Blanche après un week-end dans son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey, le 11 juin 2017 - MANDEL NGAN / AFP

Deux procureurs américains ont décidé de poursuivre Donald Trump, estimant qu’il viole la clause anti-corruption de la Constitution américaine.

La famille Trump est au coeur de multiples affaires. Outre le scandale des liens supposés de l'équipe de campagne du président américain avec la Russie, et les soupçons pesant sur la fondation du fils de Donald Trump, le locataire de la Maison Blanche est désormais visé par une nouvelle enquête liée à des paiements reçus de gouvernements étrangers.

Selon des médias américains, les procureurs du Maryland et de la capitale américaine Washington s'apprêtent en effet à poursuivre Donald Trump en justice pour avoir accepté des versements de gouvernements étrangers via son empire immobilier. 

La plainte, qui doit être déposée lundi, se fonde sur la "clause sur les émoluments", une disposition de la Constitution américaine interdisant à toute personne occupant une fonction publique d'"accepter cadeau, émoluments, fonction ou titre de quelque sorte que ce soit d'un roi, prince, ou d'un Etat étranger" sans l'accord du Congrès. Cette plainte vise ainsi la non-séparation par Donald Trump de ses intérêts personnels d'avec ses devoirs présidentiels.

Une enquête qui vise notamment le Trump International Hotel

Parmi les éléments-clefs de cette affaire, figure le Trump International Hotel ouvert l'an dernier par le président américain à proximité de la Maison Blanche. Outre la question des paiements étrangers, la nouvelle plainte souligne que cet hôtel pose un problème de concurrence pour les hôtels voisins.

Le Washington Post cite plusieurs exemples de pays étrangers manifestant une préférence pour cet hôtel, comme le Koweït dont l'ambassade a transféré dans l'établissement, un événement prévu au départ dans un hôtel Four Seasons. Donald Trump serait venu lui-même accueillir des invités dans l'hôtel depuis sa prise de fonction, selon le journal.

En janvier, l'ONG anti-corruption Citizens for Responsibility and Ethics in Washington, appuyée par d'éminents juristes et spécialistes de droit constitutionnel, avait déposé une plainte similaire devant un tribunal fédéral de New York en s'appuyant également sur cette clause. Mais cette nouvelle plainte est la première présentée par des entités gouvernementales.

Me.R. avec AFP