BFMTV

Le génocide des Amérindiens à l'origine d'un refroidissement de la planète?

Thermomètre (illustration)

Thermomètre (illustration) - PATRICK SEEGER / DPA / AFP

Une étude réalisée par des scientifiques de l'University College of London conclut que la mort de dizaines de millions d'Amérindiens aux XVe et XVIe siècles a participé au refroidissement de la planète.

Si Donald Trump doute encore de l'impact de l'activité humaine sur le réchauffement climatique, voilà une nouvelle étude qui vient témoigner du contraire. Des chercheurs de l'University College of London ont en effet publié leurs conclusions sur l'analyse du génocide de millions d'Amérindiens entre 1492, date de l'arrivée de Christophe Colomb dans les Caraïbes, et l'année 1600.

D'après eux, la mort d'environ 56 millions d'autochtones a contribué à renforcer le refroidissement de la planète, qui traversait alors un "petit âge glaciaire" connu depuis longtemps. A la suite du massacre de ces populations et des épidémies propagées par les colons européens, de vastes étendues de terres cultivées et habitées ont été abandonnées puis recouvertes de végétation, indique cette étude relayée par Slate.

Un déclin de CO2 dans l'atmosphère

En analysant la calotte polaire en Antarctique, qui grâce au gaz resté piégé dans la glace sert d'"archive" des gaz à effet de serre, et en combinant recherches archéologiques et données historiques, les scientifiques ont conclu que la mort de millions de personnes avait provoqué un déclin massif de la présence de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère à cette époque.

"Une fois que l'on a pesé tous les éléments, on comprend que si le petit âge glaciaire était si intense, c'est à cause du génocide de millions de personnes", assure le professeur Mark Maslin, l'un des coauteurs de l'étude.

Mélanie Rostagnat