BFMTV

Jeffrey Epstein: arrestation de deux gardiens de prison qui travaillaient la nuit où il s'est suicidé dans sa cellule

Jeffrey Epstein s'est suicidé dans la prison de New York où il attendait son procès pour agressions sexuelles sur des mineures

Jeffrey Epstein s'est suicidé dans la prison de New York où il attendait son procès pour agressions sexuelles sur des mineures - BFMTV

Après le départ du directeur de l'administration pénitentiaire fédérale américaine, deux agents fédéraux sont visés par la justice pour avoir failli dans leur mission de surveillance du milliardaire. Une enquête pour entreprise criminelle a par ailleurs été ouverte par le FBI.

Arrêté le 7 juillet dernier pour trafic sexuel de mineures, Jeffrey Epstein a été retrouvé mort dans sa cellule le 10 août. Plus de trois mois après son suicide, deux gardiens de la paix qui étaient en service cette nuit-là ont été inculpés ce mardi pour avoir failli dans leur mission de surveillance, rapporte le New York Times.

Ces deux employés fédéraux, chargés de surveiller l'unité de haute sécurité dans laquelle l'homme d'affaires était incarcéré, avaient été suspendus peu après le décès de Jeffrey Epstein. Le procureur fédéral de Manhattan a révélé qu'au lieu d'effectuer des rondes toutes les 30 minutes, comme le prévoyait la procédure, les agents "sont restés à leur bureau, ont surfé sur le net, et se sont promenés dans les parties communes de leur unité" avant de falsifier les registres de présence afin de dissimuler leur inadvertance.

Aucune surveillance des détenus n'a ainsi été réalisée entre 22h30 et 6h30, heure à laquelle le corps de Jeffrey Epstein a été découvert. Les deux gardiens encourent une peine de prison de 5 ans maximum, a annoncé le bureau du procureur.

Une enquête pour entreprise criminelle

Dans les jours suivant la mort du milliardaire américain, la thèse du suicide a été mise en doute notamment par Donald Trump, et des demandes d'enquêtes indépendantes ont été formulées par plusieurs personnalités qui évoquaient la possibilité d'un meurtre. La mort du millionnaire au carnet d'adresses très fourni a fait scandale et alimenté un torrent de spéculations: certains faisant valoir que plusieurs personnes célèbres ayant fréquenté Jeffrey Epstein avaient tout intérêt à le voir mort.

Le frère de Jeffrey Epstein a ainsi mandaté un expert indépendant qui a conclu que "les éléments recueillis témoignaient davantage d'un homicide que d'un suicide". Evoquant de "multiples fractures" de l'os hyoïde, situé au niveau du cou, "qui sont très inhabituelles pour un suicide", Michael Baden, ancien responsable de l'institut médico-légal de New York qui était présent lors de l'autopsie, a estimé que ces blessures ressemblaient davantage à un homicide par strangulation.

Le FBI a d'ailleurs ouvert une enquête pour "entreprise criminelle", a confirmé ce mardi le Bureau fédéral des prisons.

Les victimes appellent à traquer ses complices

Âgé de 66 ans, le milliardaire américain Jeffrey Epstein était accusé d'avoir fait venir des dizaines de jeunes adolescentes dans ses luxueuses résidences, notamment à New York et en Floride, les forçant à des "massages" qui auraient tourné à de nombreuses reprises à des rapports sexuels forcés.

Privées de procès, une quinzaine de victimes présumées ont participé à la fin du mois d'août à une audience inédite devant le tribunal fédéral de Manhattan au cours de laquelle elles ont appelé la justice américaine à traquer et poursuivre les complices de Jeffrey Epstein. Le prince AndrewGhislaine Maxwell, la fille du magnat britannique des médias Robert Maxwell ou encore le français Jean-Luc Brunel sont cités dans cette affaire.

Mélanie Rostagnat