BFMTV

Les derniers secrets d'Epstein, ce multi-millionnaire accusé de trafic sexuel sur des adolescentes

Trois semaines après la mort de Jeffrey Epstein, Ligne Rouge revient sur les secrets de ce multi-millionnaire à travers des témoignages de femmes qui ont croisé sa route adolescentes, et l'accusent aujourd'hui d'abus sexuels, voire de viols. Mais aussi des personnes qui ont composé la galaxie de ce personnage sulfureux.

Début juillet, le multi-millionnaire américain, ami des stars et des puissants, Jeffrey Epstein, 66 ans, était arrêté aux États-Unis à son retour de France, pour "trafic sexuel". L'homme est alors accusé d'avoir fait venir des dizaines de jeunes adolescentes dans ses luxueuses résidences, notamment à New York et en Floride, les forçant à des "massages" qui auraient tourné à de nombreuses reprises aux rapports sexuels forcés.

Le 10 août, il était retrouvé mort dans sa cellule, pendu avec son drap. Selon des théories du complot, il aurait été tué, car il en savait trop sur des personnalités puissantes, desquelles il était proche, de Donald Trump à Bill Clinton en passant par le Prince Andrew, fils de la reine Elizabeth II.

"C’est probablement l’une des affaires de pédophilie les plus graves touchant de très jeunes filles dont j’ai pu entendre parler", déclare Lisa Bloom, avocate américaine de plaignantes dans l'affaire Epstein.

Avant de mourir, Jeffrey Epstein était poursuivi pour avoir agressé sexuellement, voire violé, des dizaines de jeunes filles aux États-Unis entre 2002 et 2005.

"Quand elles commençaient à avoir 16 ou 17 ans, elles étaient trop vieilles pour lui"

Au début des années 2000, un procédé a été rapporté plusieurs fois à la police. Des personnes proposaient à des jeunes filles dans la rue d'aller faire un massage rémunéré à un homme. Une fois dans la pièce avec Jeffrey Epstein, les victimes racontent avoir dû se déshabiller, avoir vu l'homme toucher son pénis... Parmi les plaignantes qui ont porté plainte contre le multi-millionnaire, certaines, comme Chauntae Davis, ont raconté un viol.

"Tout ce que j’ai réussi à dire c’était d’une voix faible: 'Non s’il vous plait arrêtez'... Mais cela semblait l’exciter. Il m’a violée et quand il a fini, il est parti", raconte-t-elle.

Outre le modus operandi similaire, chaque déposition confirme un peu plus le goût de l’homme d’affaires pour les mineures. Mike Fisten détective privé qui a travaillé sur le cas Jeffrey Epstein a été choqué par l’apparence extrêmement juvénile d’une de ces jeunes filles qui "à 13 ans, en paraissait 9". Le FBI constatera au cours de son enquête que le multi-millionnaire choisissait des jeunes filles particulièrement vulnérables.

"Une fois que ces filles avaient perdu leur appareil dentaire et leur apparence pubère, quand elles commençaient à avoir 16 ou 17 ans, elles étaient trop vieilles pour lui", raconte Mike Fisten. "Il a donc commencé à les utiliser comme recruteuses pour qu’elles amènent des filles plus jeunes", selon ses observations.

Une première condamnation en 2008

A l’issue d'une première enquête, le FBI identifie au total 40 victimes. Les faits sont qualifiés de "trafic sexuel". Cependant, en 2008, Jeffrey Epstein n’est pas condamné pour trafic sexuel mais pour "sollicitation de prostitution d'une fille mineure". Un apparent détail qui fait pourtant une grosse différence puisqu'il lui permet d'éviter la perpétuité et de n'écoper "que" d'une peine de 18 mois de prison.

Grâce à un accord avec le procureur, il obtient même un allègement de peine et des conditions de détention favorables. Il est ainsi autorisé à passer 6 jours sur 7 à son bureau et sort au bout de 13 mois, en juillet 2009.

Mais l'affaire le rattrape. En novembre 2018, Le Miami Herald publie un dossier choc dans lequel il accuse le multi-millionnaire d’être à la tête d’un vaste trafic sexuel de mineurs. La justice américaine ouvre alors une nouvelle enquête, et le 6 juillet 2019, Jeffrey Epstein est arrêté à la descente de son jet privé en provenance de Paris. Il est également question pour la première fois de complices potentiels.

Des complices, fournisseurs de jeunes filles?

Deux noms ressortent tout particulièrement dans l'affaire Epstein. En premier lieu Ghislaine Maxwell, vue comme son bras droit, "celle qui en fait organisait et qui gérait ce réseau de filles", assure Conchita Sarnoff, auteure de "Trafficking", enquête sur le trafic de mineurs, avec en personnage principal Jeffrey Epstein.

A l’heure actuelle, Ghislaine Maxwell ne fait l’objet d’aucune plainte ni d’aucune poursuite. Les médias n’on pas réussi à retrouver sa trace, comme si elle avait disparu des radars.

Un deuxième personnage semble avoir joué un rôle sulfureux: l'homme d'affaires français Jean-Luc Brunel. Lui non plus ne fait l'objet d'aucune poursuite judiciaire actuellement, mais selon Virginia Roberts, l’une des victimes présumées du multi-millionnaire, il était un rouage-clé du système Epstein. Ce Français, patron de l'agence de mannequins Karin Models est accusé d'avoir fourni des jeunes filles à Jeffrey Epstein. Virginia Roberts l'a même accusé d’avoir envoyé trois Françaises de 12 ans chez le multi-millionnaire comme cadeau d’anniversaire.

Une ancienne mannequin a accepté de raconter à BFMTV les liens qu'elle a pu observer, et subir, entre les deux hommes. En 2004, âgée de 18 ans elle travaille pour l'agence de Jean-Luc Brunel. Elle se retrouve logée dans un appartement new-yorkais avec d'autres mannequins. Elles sont alors couvertes de cadeaux par Jeffrey Epstein.

"Ensuite l’assistante avec qui on habitait m’a dit 'tu pourrais aller chez lui lui faire un massage pour le remercier'", ce que la jeune femme refuse.

Après cet épisode, elle affirme avoir été invitée à quitter l'appartement et n'aurait plus travaillé avec l’agence de Jean-Luc Brunel.

Jean-Luc Brunel lui-même accusé

L'une d'entre elles, âgée de 18 ans au début des années 1980, accuse directement Jean-Luc Brunel d'agression sexuelle. Elle raconte comment, lors d'une soirée avec lui, elle se serait sentie très mal, elle pense avoir "sûrement été droguée". La jeune femme dit avoir d'un coup senti Jean-Luc Brunel sur elle, tentant de "mettre ses mains entre mes jambes". Elle raconte avoir réussi à l'arrêter, mais n'a pas souhaité porter plainte.

La plupart des mannequins de l'agence de l'époque n'ont pas répondu aux sollicitations de BFMTV. Trois ont déclaré n'avoir rien vécu de traumatisant, trois autres racontent avoir subi des agressions.

Déjà accusé de chantage au sexe (des relations sexuelles contre un travail), voire de viol dans un précédent documentaire, Jean-Luc Brunel avait nié les faits. Aucune plainte n'avait, et n'a à ce jour, été déposée contre lui dans ces affaires. BFMTV a tenté de joindre l'homme d'affaires pour l'enquête de Ligne Rouge, sans succès.

Un proche dans le milieu de la mode a déclaré ne pas du tout croire ces accusations. L'ancien avocat américain de Jean-Luc Brunel, Joe Titone, dit s'être entretenu avec le Français au lendemain de la mort de Jeffrey Epstein, et déclare:

"Il a toujours nié avoir eu le moindre lien avec Epstein sur cette affaire-là. Le fait qu’il ne réponde pas à la presse ne signifie pas qu’il s’échappe."
Salomé Vincendon avec Isabelle Quintard, Yves Couant, Fabrice Babin, Estelle Caserus et Benjamin Chambost