BFMTV

États-Unis: le nord de la Californie ravagé par le gigantesque incendie Dixie Fire

La commune de Greenville a été engloutie dans la nuit de mercredi à jeudi par les flammes du Dixie Fire, un important incendie qui ravage depuis plusieurs semaines la Californie.

Le Dixie Fire, un gigantesque incendie en Californie, a ravagé dans la nuit de mercredi à jeudi une localité du nord de l'Etat, tordant ses lampadaires sous la chaleur et détruisant plusieurs bâtiments historiques, la population ayant évacué quelques heures auparavant.

Greenville, une petite ville d'environ 800 habitants, a été engloutie par les flammes du Dixie Fire qui dévaste la Californie septentrionale depuis trois semaines, attisé par une chaleur étouffante, une sécheresse alarmante et des vents continus.

L'incendie s'est désormais étendu à plus de 110.000 hectares.

"Nous avons fait tout ce que nous avons pu", a déclaré le porte-parole des pompiers du secteur Mitch Matlow à des journalistes. "Parfois, cela ne suffit pas".

Des ordres d'évacuation pas suivis par tous

Des images prises par un photographe de l'AFP montrent des lampadaires métalliques pliés en deux par la chaleur de l'incendie et quelques rares structures encore debout. Une station-service, un hôtel et un bar ont été détruits, de même que certains bâtiments vieux de plus d'un siècle, dans cette ville construite lors de la ruée vers l'or californien au milieu du 19e siècle.

Le feu a atteint Greenville à environ 16h mercredi (23h GMT), selon Jake Cagle, chef de section au sein de l'équipe de gestion de crise. Dans une vidéo publiée mercredi soir, il a indiqué que les pompiers étaient retardés par des personnes ne suivant pas les ordres d'évacuation, les obligeant à sacrifier du temps et des ressources pour leur venir en aide.

"Nous avons des pompiers qui se retrouvent face à des armes braquées sur eux, à cause de personnes qui ne veulent pas évacuer", a expliqué Jake Cagle.

Un feu générant son propre climat

Quelque 2.000 habitants de Californie avaient été appelés mercredi à évacuer "immédiatement" leur domicile à l'approche des flammes. Le Dixie Fire est si vaste qu'il est à l'origine de ses propres phénomènes climatiques.

"Si vous êtes restés, vous devriez évacuer vers l'EST, IMMÉDIATEMENT!", a tweeté le bureau du shérif du comté de Plumas, en s'adressant aux habitants des localités de Greenville et Chester. "Si vous êtes toujours sur le secteur de Greenville, vous êtes en danger imminent et vous DEVEZ partir maintenant!", a-t-il ajouté dans un second message d'alerte, en précisant: "Si vous restez, les secours pourraient ne pas réussir à vous venir en aide."

Fin juillet, le nombre d'hectares ayant brûlé en Californie était en hausse de 250% par rapport à 2020, qui était déjà la pire année en matière d'incendies dans l'histoire récente de l'Etat.

Les équipements d'un fournisseur d'énergie mis en cause

Le Dixie Fire rappelle douloureusement le Paradise Fire de 2018, l'incendie le plus mortel pour la Californie ces dernières années. Des lignes électriques défectueuses, qui parcouraient la ville septentrionale de Paradise, avaient entraîné ce brasier, tuant 86 personnes.

Le fournisseur d'énergie Pacific Gas and Electric (PG&E), plus grande compagnie d'énergie de Californie, avait plaidé coupable. Les équipements de PG&E sont à nouveau mis en cause pour le Dixie Fire, après qu'un arbre est tombé sur un câble d'alimentation le jour où l'incendie a démarré.

Fin juillet, l'entreprise a annoncé qu'elle enfouirait ses 16.000 km de câbles électriques afin d'éviter que ses équipements soient à l'origine de nouveaux incendies dévastateurs.

H.G. avec AFP