BFMTV

Débat républicain: des questions trop hostiles? La journaliste avait ses règles, assure Donald Trump

Donald Trump s'en est pris violemment à une journaliste de Fox News.

Donald Trump s'en est pris violemment à une journaliste de Fox News. - Chip Somodevilla - AFP

Jeudi soir, la chaîne Fox News diffusait le premier débat opposant les dix favoris pour l'investiture républicaine dans la course à la Maison-Blanche. Une émission au cours de laquelle le trublion de la campagne, Donald Trump, a été particulièrement chahuté.

Il est devenu le personnage central de la campagne pour l'investiture républicaine aux Etats-Unis. En tête des sondages, Donald Trump était attendu au tournant, sous le feu de toutes les critiques. Une position qu'il semble ne pas avoir apprécié. Interrogé sur sa prestation lors du débat entre les dix favoris dans cette primaire, le magnat de l'immobilier s'en est pris tout particulièrement à l'une des journalistes de Fox News qui animait jeudi l'émission.

L'un des moments forts de cette soirée a justement été un échange houleux entre Megyn Kelly et Donald Trump. La première a rappelé au téléspectateurs les remarques misogynes qu'avait pu faire le candidat dans le passé. "Vous traitez les femmes que vous n'aimez pas de 'porc', de "chiennes', de 'plouc' et d''animaux dégoûtants'", lance la journaliste. "Seulement Rosie O'Donnell (une humoriste américaine, NDLR)", rétorque Trump, sous les huées. "Pour information, c'était bien au-delà de Rosie O'Donnell", lance Megyn Kelly, mettant un point final à cette conversation.

"Du sang sortait de tout son corps"

C'était sans compter sur le franc-parler de Donald Trump qui dit "ne pas avoir le temps pour le politiquement correct". Au lendemain du débat, il a expliqué à un journaliste de CNN, qui lui demandait une réaction sur cet échange entre lui et Megyn Kelly, que les questions de cette dernière était influencé par ces menstruations. 

"There was blood coming out of her eyes, blood coming out of her wherever", a lancé Donald Trump. (Elle avait les yeux injectés de sang, du sang sortir de... n'importe où.)

Le magnat de l'immobilier avait déjà commencé pendant le débat à attaquer la journaliste. "J'ai été très agréable avec vous, plus que je n'aurai dû l'être vu la façon dont je suis traité", avait scandé Donald Trump. Ajoutant qu'elle s'était "vraiment très mal comporté". S'attaquant à l'"hostilité" et "au manque de professionnalisme" des journalistes, le patron de Miss Univers avait alors traité Megyn Kelly de "bimbo".

Des critiques de toutes parts

Le trublion de la campagne présidentielle a bien tenté de clarifier ses déclarations en affirmant que quand il disait "de tout son corps", il parlait de son "nez". Trop tard, les réactions d'indignations s'étaient déjà multipliées. Carly Fiorina, également candidate à l'investiture républicaine pour la course à la Maison-Blanche, a fait savoir qu'elle soutenait Megyn Kelly. "Mr Trump, vous n'avez aucune excuse", a -t-elle tweeté. 

Erick Erickson, analyste politique et rédacteur en chef du blog RedState.com a fait savoir qu'il avait annulé la participation de Donald Trump à son rassemblement républicain RedState Gathering, comme l'explique CNN. "J'ai essayé d'être compréhensif avec Donald Trump, explique-t-il. Il n'est pas un professionnel de la politique et il est connu pour son franc-parler. (...) Mais il y a quand même des limites entre les bavards et les politiciens non professionnels et la décence est une de ces limites."

Assurant que cela n'avait rien de personnel, le politologue qualifie de "faiblesse" la tactique de Donald Trump de s'en prendre aux hormones des femmes. Même son ami Rupert Murdoch, propriétaire de Fox News, lui a lancé "Donald, mon ami, tu dois apprendre ce que c'est la vie publique".

J.C.