BFMTV

Canada: interrogé sur le nombre de fois où il a arboré une "blackface", Trudeau refuse de répondre

Interrogé par des journalistes après les publications de photos et vidéos de jeunesse le montrant grimé en Noir, le Premier ministre canadien a refusé d'indiquer le nombre de fois où il s'est livré à cette pratique.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau est au coeur d'un scandale cette semaine après que des photos et deux vidéos de lui arborant des "brownface" et "blackface" dans sa jeunesse ont fait surface. Interrogé par la presse, il a refusé d'indiquer les autres fois où il se serait livré à cette pratique, selon The Independent. L'affaire fait du bruit au Canada, en pleine campagne législatives pour sa réélection.

Justin Trudeau a déjà présenté ses excuses à deux reprises en 24 heures, et reconnu le caractère raciste de ces déguisements, arborés lors de soirées privées qui se sont tenues du début des années 1990 à 2001, en répétant qu'il "regrette profondément". Selon The Independent, il a aussi expliqué n'avoir jamais parlé de ces pratiques à personne, pas même à son parti ou à son staff, gêné par ses actes.

Face aux journalistes, Justin Trudeau refuse de répondre

Les journalistes ont insisté pour obtenir une réponse du Premier ministre, demandant "Combien de fois exactement avez-vous assombri votre peau avec du maquillage, un acte que vous avez vous-même décrit comme raciste?", "Est-ce qu'il y a uniquement ces trois blackface, ou est-ce qu'il y en a plus?", ou encore "Vous a-t-on prévenu ou vous souvenez-vous d'autres fois ? Si oui, combien?".

Mais Justin Trudeau s'est refusé à dire si d'autres photos de même nature risquaient de faire leur apparition dans les prochains jours, disant craindre ses trous de mémoire. Le chef du gouvernement a préféré répéter plusieurs fois qu'il condamnait ces actes, qu'il juge "totalement inadmissibles". 

Un scandale retentissant en pleines législatives

Justin Trudeau se retrouve en pleine tourmente alors qu'il a débuté sa campagne de réélection pour les législatives il y a tout juste une semaine. Alors qu'il s'est toujours présenté comme un politique moderne, progressiste et multiculturaliste, luttant pour les populations marginalisées, cet épisode pourrait lui faire perdre des soutiens. "Toute ma vie j'ai travaillé pour créer des opportunités pour les gens, pour lutter contre le racisme et l'intolérance", a souligné Justin Trudeau lors du point-presse après la première révélation de "blackface".

Il a été rapidement critiqué par ses opposants, notamment par le chef des conservateurs Andrew Scheer, qui a dénoncé le "manque de jugement" du Premier ministre, et affirmé qu'il "n'est pas digne de gouverner ce pays".

Mais ses soutiens sont aussi présents, comme Mitzie Hunter, une femme noire, candidate en Ontario, qui a tweeté que ces révélations ne sont "pas représentatives de l'homme qu'il est. C'est un moment d'enseignement pour nous tous. J'accepte ses excuses et j'espère que les Canadiens aussi". 

Julia Galan