BFMTV

Aux Etats-Unis, les profs armés en classe se généralisent

Un homme tire à l'arme à feu (photo d'illustration).

Un homme tire à l'arme à feu (photo d'illustration). - George Frey - Getty Images North Amercia - AFP

Suite à la tuerie de Newton, le Texas et l'Indiana avaient autorisé les enseignants à porter des armes en classe. Aujourd'hui la mesure se propage dans tout le pays.

La mesure avait déjà fait parler d'elle quand elle était apparue sur la côte Est des Etats-Unis. Aujourd'hui, c'est sa propagation sur l'autre rive qui inquiète le Washington Post. Le port d'armes à l'école par les enseignants est en train de se généraliser au pays, s'alarme le journal américain dans un éditorial daté de jeudi.

Le retour des armes à l'école s'est fait aux Etats-Unis en 2012, à la suite de la tuerie à l'école de Sandy Hook, à Newtown, au cours de laquelle 27 personnes avaient été tuées, dont 20 enfants. Plusieurs Etats avaient ensuite autorisé des directeurs d'école, puis des enseignants, à être armés en classe. Des programmes de formation à destination des volontaires avaient alors été organisés.

Lundi dernier, c'est à la Kingsburg Joint Union High School (l'équivalent du lycée), de la ville californienne éponyme, qu'une telle mesure a été adoptée. Désormais, des employés de l'établissement, triés sur le volet, seront habilités après une formation et une évaluation à porter une arme dissimulée dans l'enceinte du lycée.

Un souci de plus pour les enseignants

Mais pourquoi s'inquiéter quatre ans après les premiers ports d'armes par les enseignants? Avant, cette pratique était proposée dans les établissements scolaires du Texas ou de l'Indiana, des Etats connus pour être pro-armes. Pour le Washington Post, l'arrivée en Californie d'une telle mesure signifie clairement que "sa généralisation est en cours". 

Cette propagation à l'ensemble du pays est lié au fait que les violences ne se sont pas arrêtées après la tuerie de Newtown. Rien qu'en 2015, 45 fusillades ont été recensées en milieu scolaire aux Etats-Unis. L'une des plus meurtrières s'est déroulée dans une université de l'Oregon en octobre: un homme armé avait ouvert le feu en pleine salle de cours, tuant ainsi dix personnes.

A Kingsburg, en Californie, certains parents d'élèves se sont inquiétés de la nouvelle mesure, estimant qu'elle allait causer plus de soucis aux professeurs et que la responsabilité de tirer ou non sur quelqu'un devait rester entre les mains de la police, rapporte le Washington Post. Mais mettre un policier dans chaque école reviendrait plus cher. 

Ma. G.