BFMTV

NSA: La première compagnie pétrolière du Brésil sous surveillance

Le siège de la Petrobras, à Rio de Janeiro.

Le siège de la Petrobras, à Rio de Janeiro. - -

Des documents révélés par la chaîne brésilienne Globo montrent que la NSA aurait piraté le réseau interne de Petrobras, la plus grosse entreprise brésilienne, pour en espionner les communications.

On sait grâce aux documents d'Edward Snowden que les Etats-Unis ont espionné les communications du peuple brésilien et leur présidente, Dilma Roussef. La chaîne de télévision brésilienne Globo nous apprend maintenant que le géant pétrolier brésilien, accessoirement la plus grande compagnie du pays, Petrobras, étaient également sous surveillance.

Dimanche, la télévision a présenté des documents fournis par l'informaticien américain Edward Snowden, datant de juin 2012. Ils montrent que le réseau privé de Petrobras a été surveillé par l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA).

"Cela contredit ce qu'affirme la NSA, qu'elle ne fait pas d'espionnage économique", a souligné la TV brésilienne.

Un géant du pétrole

Le chiffre d'affaires annuel de la Petrobras est de 280 milliards de reals (quelque 93 milliards d'euros au change actuel) et la compagnie est numéro un mondial de l'exploitation de pétrole en eaux très profondes, a ajouté la TV Globo qui a dit ne pas connaître l'étendue de l'espionnage ni avoir de pistes sur ce que les services secrets américains recherchaient précisément.

Les révélations de Globo ont déjà provoqué une crise diplomatique entre les deux pays. Dilma Rousseff, qui avait prévu de faire une visite d'État à Washington le 23 octobre, a annoncé le report de son voyage dans l'attente d'explications américaines sur cette affaire.

Mardi, le ministre brésilien des Communications, Paulo Bernardo, avait affirmé que "toutes les explications données [par les Américains] depuis le début de cette affaire se sont révélées fausses".

"Cela semble plus grave qu'à première vue", avait-il souligné. "C'est de l'espionnage commercial, industriel."

Une réponse américaine le 11 septembre

Le président américain Barack Obama s'est engagé à répondre d'ici à mercredi au gouvernement brésilien sur les accusations d'espionnage américain dans ce pays.

Ces accusations proviennent elles aussi de documents des services secrets américains détenus par l'ex-informaticien du renseignement américain Edward Snowden, réfugié en Russie. Ce dernier est inculpé d'espionnage aux États-Unis pour avoir révélé l'ampleur de la surveillance électronique américaine dans le monde.

Edward Snowden avait cédé les documents au journaliste américain Glenn Greenwald qui vit actuellement à Rio de Janeiro.

O. L. avec AFP