BFMTV

Egypte: les affrontements violents se poursuivent

Des affrontements sur une place de Port-Saïd, mardi.

Des affrontements sur une place de Port-Saïd, mardi. - -

Les villes de Port-Saïd et du Caire continuent mardi d'être secouées par de vifs affrontements entre la police et les opposants au régime de Morsi.

Des heurts se sont à nouveau produits, mardi, entre policiers et manifestants mardi au Caire et à Port-Saïd, ville du Nord-Est de l'Egypte où six personnes dont trois policiers ont trouvé la mort dans la nuit de dimanche à lundi.

La tension était particulièrement vive aux abords d'un bâtiment des services de sécurité de Port-Saïd, incendié la veille et à nouveau en flammes mardi. Dans la journée, des manifestants ont continué de lancer des cocktails molotov en direction de la police anti-émeutes, qui répondait par des tirs de gaz lacrymogènes.

Des informations et des rumeurs ont circulé dans la journée selon lesquelles des soldats se seraient affrontés avec des policiers, et faisant état d'un possible retrait de la police pour que la ville soit prise en mains par l'armée. La présidence égyptienne a toutefois apporté un démenti, affirmant dans une déclaration que "la police fait son travail, et l'armée la soutient en pleine coordination".

Un climat politique très tendu

Des affrontements avaient déjà éclaté dimanche, après la décision du ministère de l'Intérieur de transférer hors de la ville 39 prisonniers attendant leur verdict, prévu samedi, dans un procès concernant des violences qui ont fait 74 morts après un match de football à Port-Saïd en février 2012.

Au Caire, des heurts ont également repris aux abords de la place Tahrir, dans le centre-ville, entre la police et des manifestants venus participer aux funérailles d'un militant tué en janvier lors de précédentes manifestations.

Ces tensions se déroulent dans un climat politique et social difficile, dans une Egypte qui s'enfonce dans une grave crise économique et où des élections législatives sont prévues fin avril. Le pays est dirigé depuis juin 2012 par un président issu du mouvement des Frères musulmans, Mohamed Morsi, élu après une période de transition militaire qui a suivi la chute de Hosni Moubarak en février 2011.

A LIRE AUSSI:

>> Washington va débloquer 250 millions de dollars pour l'Egypte

>> Des manifestants mettent le feu à un commissariat à Port Saïd