BFMTV

Egypte: six morts à Port-Saïd

Le 1er mars des manifestants protestaient, comme tous les vendredis après la prière, contre le régime de Mohammed Morsi

Le 1er mars des manifestants protestaient, comme tous les vendredis après la prière, contre le régime de Mohammed Morsi - -

Les affrontements ont éclaté après la décision du ministère de l'Intérieur de transférer hors de la ville 39 prisonniers attendant leur verdict dans un procès concernant des violences qui ont fait 74 morts après un match de football à Port-Saïd en février 2012.

Un bâtiment des services de sécurité a été incendié lundi à Port-Saïd, une ville du nord-est de l'Egypte en proie à des troubles depuis des semaines, où six personnes dont trois policiers ont été tuées lors de violences dans la nuit de dimanche à lundi. Les autorités font également état de 586 blessés.

L'incendie, qui a démarré au rez-de-chaussée de l'immeuble, entraînait d'importantes émissions de fumée tandis que des heurts se poursuivaient dans les rues avoisinantes. 

Le drame du stade de Port-Saïd

A Port-Saïd, des milliers de personnes ont participé lundi aux funérailles des trois victimes civiles de la nuit, lançant des slogans hostiles aux autorités et au président islamiste Mohamed Morsi, comme "le ministère de l'Intérieur est lâche" ou "dégage! dégage!".

Les affrontements avaient éclaté dimanche, après la décision du ministère de l'Intérieur de transférer hors de la ville 39 prisonniers attendant leur verdict, prévu samedi, dans un procès concernant des violences qui ont fait 74 morts après un match de football à Port-Saïd en février 2012.

En janvier, la condamnation de 21 personnes, en majorité des supporteurs de football de Port-Saïd, à la peine capitale dans un premier procès pour les violences d'après match il y a un an, avait provoqué des affrontements dans la ville. Quarante personnes avaient été tuées.

De longs mois agités

Des incidents se sont également produits au Caire lundi près de la place Tahrir. Un véhicule de la police a été incendié sur un pont à proximité, les manifestants empêchant ambulances et pompiers de l'approcher.

L'Egypte a régulièrement été agitée par des violences parfois meurtrières ces derniers mois, souvent en marge de manifestations contre le président Mohamed Morsi, élu en juin, accusé d'avoir "trahi la révolution" et de ne pas parvenir à faire face aux problèmes économiques.

A LIRE AUSSI:

>> Les Indignés du monde arabe restent actifs sur le Web

>> Egypte: l'opposant ElBaradei appelle à boycotter les législatives

>> Pourquoi l'Egypte s'embrase ?

D. N. avec AFP