BFMTV

Pollution à Paris: la circulation alternée mise en place lundi?

La ministre de l'Ecologie s'est exprimée ce vendredi soir sur BFMTV au sujet de la circulation alternée en région parisienne, mesure qui a suscité quelques échanges d'amabilités avec la maire PS de Paris, Anne Hidalgo. La décision finale sera actée samedi soir "avant 20 heures".

"Ma préoccupation première est de protéger la santé publique." Invitée BFMTV ce vendredi soir, Ségolène Royal a confirmé que la circulation alternée sera mise en place ce lundi à Paris en raison de la pollution aux particules fines, sauf si celle-ci baisse pendant le week-end.

Une mesure qui devra être confirmée ce samedi soir, a précisé la ministre de l'Ecologie, qui a appelé à la vigilance sur notre antenne.

Une mesure tardive?

Cette mesure n'arrive-t-elle pas un peu tardivement? "A l'heure où je vous parle, il n'y a aucune alerte, il n'y a eu aucun pic d'hospitalisations, ni chez les jeunes enfants, ni chez les personnes âgées", ce qui fut le cas l'an passé lors du précédent pic de pollution, a justifié la ministre. "C'est le critère principal qui me permet de dire qu'il est faux de dire, comme cela a été écrit, que Paris est la ville la plus polluée du monde." "C'est faux, il suffit de regarder ce qu'il se passe dans le reste du monde", a encore précisé Ségolène Royal.

"Je suis en contact avec l'APHP pour savoir s'il y avait des alertes dans les services d'urgence, ce qui avait été le cas lors du pic de 2014. Il n'y a aucune alerte dans les hôpitaux de Paris", a-t-elle assuré.

La ministre de l'Ecologie a toutefois appelé à la vigilance. "Il peut y avoir des pics de pollution, et moi ma responsabilité est de prendre des décisions dès lors qu'elles sont efficaces et qu'elles correspondent à la réalité de ce qu'il faut faire", a-t-elle insisté. "Tous les jours, nous surveillons la pollution."

"On ne va pas embêter les gens"

Ségolène Royal a également apporté de nouvelles précisions au sujet de la circulation alternée. Un dispositif contraignant, qu'elle souhaite mettre en place qu'en dernier recours. "On ne va pas embêter les gens, leur imposer des contraintes aussi fortes que celles-ci, si la pollution ne le justifie pas", a-t-elle expliqué. 

"Pour qu'ils puissent s'organiser, car ce ne sont pas des décisions qui se prennent la veille pour le lendemain, il faut que les transports publics soit rendus gratuits, ce qui a été fait par la région Île-de-France, et je les en remercie", a poursuivi la ministre de l'Ecologie. "Désormais, nous pouvons de façon efficace et maîtrisée décider la circulation alternée dès lors que ça correspond vraiment à un seuil de pollution."

Ségolène Royal répond à Cécile Duflot

A gauche, les positions prises par le gouvernement on été fortement critiquées depuis plus de 48 heures. L'ancienne ministre du logement Cécile Duflot a notamment tancé une "décision consternante", tandis que la maire de Paris, Anne Hidalgo, a insisté pour que la circulation alternée soit mise en place le plus rapidement possible.

Des propos "regrettables" auxquels Ségolène Royal n'a pas souhaité répondre directement. "Ma responsabilité n'est pas de polémiquer, surtout avant des élections, sur des enjeux comme la santé publique".
Jé. M.