BFMTV

Piste cyclable: Anne Hidaglo propose d’installer des caméras de vidéo-verbalisation rue de Rivoli

La maire de Paris souhaite l'installation de caméras de vidéo-verbalisation rue de Rivoli.

La maire de Paris souhaite l'installation de caméras de vidéo-verbalisation rue de Rivoli. - BFM Paris

Dans le JDD, Anne Hidalgo défend son projet de piste cyclable à double sens en cours de création rue de Rivoli. Pour répondre aux inquiétudes du préfet sur les difficultés d'intervention des véhicules de secours, elle propose d'installer des caméras de vidéo-verbalisation afin de mieux contrôler le stationnement gênant.

Anne Hidalgo répond aux critiques. Lancés au début du mois d'août, les travaux de la piste cyclable de la rue de Rivoli ont soulevé les inquiétudes du préfet de police de Paris. Dans un courrier à la maire de Paris au mois de juillet, Michel Delpuech exprimait ses réserves quant au projet qui prévoit de réduire à une file la circulation automobile pour permettre la création d'une piste cyclable à double direction. Le préfet de police s'inquiétait notamment des conséquences de ce réaménagement sur l'intervention des véhicules d'urgence.

"La voie de bus est souvent à l'arrêt à cause des livraisons. Si l'unique file de circulation est prise, si la Brigade de recherche et d'intervention ne peut pas avancer, que fait-elle?", questionnait au début du mois Michel Delpuech dans Le Monde.

Une portion de 300 mètres équipée de vidéo-verbalisation

"Le préfet de police a émis un avis, nous l'entendons", répond Anne Hidalgo dans le JDD. Si la maire de Paris refuse de revenir sur son projet, l'élue plaide l'apaisement et fait des propositions.

"Il dit que le stationnement gênant et les livraisons sur les voies de bus gênent la circulation. Je propose donc d'ajouter des caméras de vidéo-verbalisation sur la rue de Rivoli pour aider à mieux contrôler le stationnement gênant", poursuit-elle.

Ces caméras seraient disposées sur la portion de 300 mètres entre Saint-Paul et l'Hôtel de ville. Comme le note Le Parisien, en réalité ces caméras existent déjà et sont de la compétence de la préfecture de police. Il s'agirait donc plutôt d'un renforcement du dispositif pour "accentuer" la répression.

La maire de Paris ajoute par ailleurs que des "aires de livraisons permettant de concilier les livraisons des commerçants et le libre passage des bus et des véhicules de secours" seront intégrées au projet.

La verbalisation bientôt compétence de la ville

Cet été, les réserves du préfet de police ont provoqué la colère d'associations de cyclistes comme Paris en Selle. Interpellé sur les réseaux sociaux avec le hashtag #AlloMichel, les cyclistes reprochaient au préfet une forme de laxisme quant au stationnement gênant, véritable obstacle à l'intervention des services d'urgence selon eux, plutôt que la création de la piste cyclable en elle-même.

Dans le JDD, Anne Hidalgo rappelle que la mairie de Paris récupèrera bientôt des pouvoirs de police autrefois exercés par la préfecture et prendra en charge la verbalisation.

"Nous sommes en train de rapatrier sous mon autorité des agents qui travaillaient pour la préfecture en étant payés par la ville; ils rejoindront notre brigade anti-incivilité qui, entre autres, verbalisera ceux qui se garent là où ils ne devraient pas".

A compter du 1er janvier 2018, 1.500 agents de surveillance de Paris (ASP) seront ainsi sous l'autorité de la mairie de Paris.

Carole Blanchard