BFM Business

#AlloMichel, ce hashtag qui interpelle le préfet contre les véhicules de police mal garés à Paris

Une association invite les internautes à signaler les voitures de police mal stationnées.

Une association invite les internautes à signaler les voitures de police mal stationnées. - Paris en Selle

En réaction aux critiques du préfet de police de Paris sur la création d'une piste cyclable rue de Rivoli, l’association de cyclistes Paris en Selle a lancé un hashtag pour signaler les véhicules de police mal garés dans la capitale. Ils veulent ainsi l’inviter à faire respecter le code de la route, y compris au sein de ses services.

La voirie est à Paris un sujet des plus clivants. Dernier axe à soulever le débat: la rue de Rivoli. Cette artère est actuellement en cours de réaménagement avec la création d'une piste cyclable à double sens, qui va conduire à la suppression d'une voie de circulation. Un projet défendu par la mairie de Paris, dans le cadre de son Plan Vélo, mais contre lequel le préfet de police Michel Delpuech a exprimé ses réserves. Dans une interview au Monde publiée au début de la semaine, il s'inquiète des difficultés d'intervention des véhicules de secours.

Cette prise de position soulève la colère de l'association de cyclistes Paris en Selle. Pour ses membres, ce n'est pas la création de la piste cyclable qui pose problème.

"La piste cyclable est évidemment calibrée pour que les véhicules d'urgence puissent passer en cas de besoin. Et puis, il s'inquiète de ne pas pouvoir emprunter la voie de bus à cause des véhicules de livraison qui stationnent. Mais c'est le boulot de la préfecture de police de faire régner l'ordre dans le couloir de bus", défend Simon Labouret, porte-parole de l'association.

Paris en Selle a depuis quelques jours lancé le hashtag #AlloMichel qui interpelle directement le préfet de police. A travers un "concours photo", Paris en Selle invite les Parisiens à signaler les véhicules de police mal stationnés. Plusieurs internautes ont ainsi publié des photos montrant des voitures de police garées sur des voies de bus, des pistes cyclables ou des passages piéton.

"L'exemple doit venir d'en haut"

"Evidemment, dans certaines situations d'intervention on comprend que les véhicules stationnent sur le bas-côté, on n'est pas des ayatollahs. Mais l'exemple doit venir d'en haut et en terme d'irrespect des aménagements, la préfecture de police n'est pas toujours très bien placée", poursuit Simon Labourret.

L'initiative rappelle le hashtag #GCUM, comprendre "Garé comme une merde" également en vogue chez les cyclistes qui soulignent ainsi leurs difficultés quotidiennes pour circuler sur des axes réservés aux cyclistes.

"Quand on fait remarquer qu'un véhicule de police est mal garé, on a le sentiment que finalement ce n'est pas très grave. Mais une voiture garée sur une piste cyclable oblige à se déporter et c'est dangereux. Le préfet de police doit assurer la sécurité, y compris celle de gens qui sont à bicyclettes", conclut le porte-parole de Paris en Selle.

La longueur des pistes cyclables doublée d'ici 2020

Rue de Rivoli, le préfet de police plaide pour un autre aménagement que celui proposé par la mairie de Paris. "Il y a des marges de manoeuvres", souligne-t-il dans Le Monde. "L'actuelle voie réservée aux bus sur une bonne partie de la rue de Rivoli a été calibrée pour accueillir les vélos aussi. Dès lors qu'on crée une voie cyclable par ailleurs, il n'y a plus besoin d'un couloir aussi large" ajoute Michel Delpuech.

Les travaux rue de Rivoli doivent se poursuivre jusqu'au printemps 2018. A terme, il sera possible pour les vélos de rejoindre la place de la Concorde depuis la place de la Bastille. D'ici 2020, Paris a prévu de doubler la longueur de ses pistes cyclables.

Carole Blanchard