BFMTV

Paris va verbaliser les trottinettes roulant sur les trottoirs

Les élus ont voté des mesures pour verbaliser les utilisateurs de trottinettes

Les élus ont voté des mesures pour verbaliser les utilisateurs de trottinettes - Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Les élus parisiens ont voté ce lundi la mise en place de mesures pour mieux réguler le partage de l'espace public. Celles-ci prévoient la verbalisation des usagers de trottinettes circulant sur les trottoirs ainsi que l'enlèvement des trottinettes posées sur les trottoirs.

Des amendes émises par des agents de la ville pour les usagers de trottinettes sur les trottoirs, une redevance pour les opérateurs: le conseil de Paris a voté ce lundi la mise en place de nouvelles mesures pour mieux réguler le partage de l'espace public. Il y a "un problème de sécurité", a reconnu au cours du conseil municipal l'adjoint en charge des Transports à la mairie de Paris, Christophe Najdovski.

Des places de stationnement pour trottinettes

Même si "plus de 11.000 verbalisations" - dont les motifs n'ont pas été précisés lors du conseil - ont été effectuées cette année par la préfecture de police, les problèmes persistent et obligent la mairie, qui n'avait pas de compétence en la matière, "à trouver des solutions face au stationnement sauvage et abusif sur les trottoirs".

Faute de loi, la mairie de Paris va "verbaliser les usagers de trottinettes circulant sur les trottoirs" et "procéder à l'enlèvement" des trottinettes posés sur les trottoirs, a annoncé l'élu précisant que "des études juridiques sont en train d'être menées". En outre, des "places de stationnement" dédiés à ces engins vont être crées progressivement dans toute la capitale. 

Une redevance à l'étude

La mairie envisage également la création d'une redevance "qui permettrait d'éviter qu'un opérateur essaye de submerger le marché en mettant un trop grand nombre de véhicules" en circulation. Le porte-parole du groupe PPCI (Parisiens, progressistes, constructifs et indépendants, macronistes), Jérôme Dubus, est allé plus loin demandant à la Ville de Paris de réfléchir à "rendre obligatoire le port du casque" par ces conducteurs.

"Il faut créer un code du trottoir", a estimé de son côté Florence Berthout, chef de fil des Républicains au conseil de Paris. Les propositions de la Ville ne prennent pas en compte "les populations fragiles (qui) ne sont pas protégées face au développement de ces nouvelles formes de mobilité individuelles", s'est-elle émue, avant de voter contre le voeu de l'exécutif. 

Le lancement depuis juin de trottinettes électriques en libre-service est venue compléter une offre déjà étoffée dans la capitale comprenant entre autres vélos et motos. Les acteurs du secteur et responsables politiques espèrent que des dispositions concernant ces nouveaux engins seront prévues dans le projet de loi d'orientation des mobilités (LOM), présenté fin novembre en Conseil des ministres et au début de l'année prochaine au Parlement.

Paul Louis avec AFP