BFMTV

Le plan de la mairie de Paris pour bannir les trottinettes électriques des trottoirs

Craignant que la situation ne devienne incontrôlable, la mairie de Paris a annoncé sept mesures visant à "encadrer les mobilités innovantes en free-floating". Elle prévoit notamment de verbaliser les usagers de trottinettes électriques en cas de stationnement gênant ou de circulation sur les trottoirs.

Bolt, Bird, Wind, Lime… Les opérateurs de trottinettes en libre-service sont dans le collimateur de la marie de Paris. Au point, qu'elle a décidé, face au développement continu de ces modes de transport et aux mauvais comportements de certains utilisateurs, de sévir pour éviter que la situation ne devienne incontrôlable.

Ce mardi, dans l’attente "des évolutions législatives promises par le Gouvernement" sept mesures ont été présentées par la mairie "pour encadrer les mobilités innovantes en free-floating", autrement dit les trottinettes en libre-service mais également les vélos et scooters sans borne, ainsi que gyropodes et monocycles.

Verbalisations 

Pour "assurer la sécurité des Parisiennes et des Parisiens" et "éviter une occupation chaotique des rues et des trottoirs", la Ville annonce la diffusion d’une campagne de communication qui conseillera le "port du casque à tous les usagers de trottinettes", recommandera "la plus grande prudence", demandera le "respect complet du Code de la route", et attirera "l’attention des usagers de trottinettes sur l’importance de faire spécifiquement attention aux piétons et notamment aux personnes les plus fragiles".

Surtout, la mairie de Paris indique se réserver "le droit de verbaliser les usagers de trottinettes circulant sur le trottoir et perturbant la circulation des piétons". Les trottinettes électriques stationnant sur les trottoirs en gênant la libre-circulation des piétons pourront elles aussi être verbalisées et conduites à la fourrière.

Une charte pour tous les opérateurs 

Dans les semaines à venir, des solutions spécifiques de stationnement devraient être proposées. La mairie de Paris explique qu’elle établira "un maillage dense d’espaces réservés au stationnement des trottinettes et vélos en free-floating, qui prendra la forme de places identifiées et marquées au sol, comme cela est actuellement expérimenté dans les 2e et 4e arrondissements".

Une autre mesure consistera en l’élaboration d’une charte pour les opérateurs de trottinettes en free-floating. Tous les opérateurs devront signer ladite charte, qu’ils soient déjà présents sur le marché ou qu’ils s’apprêtent à y entrer.

Pour finir, la Ville précise que "les données recueillies par les opérateurs de mobilités en free-floating sont un bien commun, qui a vocation à être partagé dans le cadre de la charte" pour "proposer les solutions d’organisation les plus pertinentes". Elle indique également qu’elle souhaite ouvrir le débat au sujet d’une redevance compte tenu de "l’exploitation commerciale de l’espace public".

P.L