BFMTV

Avant la COP21, ils "fauchent" des chaises pour alerter sur le climat

A Lyon ce lundi, des "faucheurs" ont réquisitionné 3 chaises dans une agence HSBC.

A Lyon ce lundi, des "faucheurs" ont réquisitionné 3 chaises dans une agence HSBC. - Philippe Desmazes - AFP

Le mouvement des "faucheurs de chaises" se répand dans plusieurs villes de France. A l’origine de cette action, des militants pour le climat qui souhaitent mobiliser autour de la question du financement de mesures contre le réchauffement de la planète.

Les "faucheurs de chaises" ont encore frappé ce lundi. A Lyon, des militants se sont introduits dans une agence de la banque HSBC pour récupérer des chaises. Pour l’ouverture de la COP21, ces militants veulent réunir 196 chaises, soit le nombre de pays participants à la conférence sur le climat de Paris. Ils prévoient une action symbolique lors de cette réunion qui débute fin novembre.

Pour dénoncer les difficultés rencontrées pour financer les mesures en faveur du climat, des établissements bancaires accusés de soutenir la fraude fiscale sont visés. Pour les faucheurs de chaises, mobilisés autour d’un appel lancé notamment par Attac, le message est double. Ils dénoncent l'évasion fiscale et estiment que son montant permettrait de réunir assez de moyens pour financer la lutte contre le changement climatique. "Rien qu’au niveau de l’Union européenne, l’évasion fiscale coûte 1.000 milliards d'euros par an aux budgets publics", écrivent-ils dans l'appel qu'ils publient sur Internet.

Une opération pacifique "à visage découvert"

A chaque fois, le mode opératoire est le même. A Paris, Nîmes, Marseille ou encore Bayonne, des militants entrent dans des agences bancaires "à visage découvert" et expliquent leur démarche avant de repartir avec des chaises. Sur les réseaux sociaux, les actions sont relayées avec le hashtag #FaucheursDeChaises.

A Lyon lundi, les faucheurs ont "réquisitionné" trois chaises dans une agence HSBC. Cette fois-ci, l’opération s’est terminée au commissariat pour certains militants. Parmi eux, Julien Bayou, le porte-parole d'EELV et Corinne Morel Darleux, secrétaire nationale du Parti de Gauche. Comme ils l’indiquent sur Twitter, ils sont ressortis après une simple audition.

En attendant le début de la COP21, le butin est hébergé par des figures engagées comme le philosophe Edgar Morin, rapporte Reporterre, qui a comptabilisé les récentes actions des faucheurs. Jusqu’à présent, les militants pour le climat ont réquisitionné une centaine de chaises. 

Carole Blanchard