BFMTV

L'archéologie revue par la BD, une exposition insolite au Louvre

Le Louvre

Le Louvre - Philippe Lopez / AFP

L'exposition durera jusqu'en juillet 2019, et les BD vont être renouvelées à trois reprises durant la période.

"L'archéologie en bulles" ou comment les auteurs de BD se réapproprient les explorations et les sites archéologiques pour leurs aventures fabuleuses ou décalées: tels est le propos d'une exposition insolite qui s'ouvre mercredi 26 septembre au Louvre.

Dans la petite Galerie, espace d'éducation culturelle du musée, le 9e Art est confronté à des peintures, gravures, sculptures, carnets de dessins qui ont documenté, raconté, parfois mythifié les expéditions architecturales depuis le 19e siècle, de l'Égypte à l'Orient, en passant par la Rome antique, la Grèce et le Moyen-Age. L'exposition durera jusqu'en juillet 2019, et les BD vont être renouvelées à trois reprises durant la période. 

Enki Bilal, Frank Miller, Milo Manara

Les sites et l'archéologie inspirent les artistes depuis le XVIIIe siècle, avec notamment le traditionnel voyage en Italie au XIXe siècle. Depuis le début du XXe siècle, ces explorations déchaînent la fantaisie des auteurs de BD: souterrains, gouffres, épaves, cavernes, villes et civilisations disparues. Le héros de bande dessinée, aventurier, explorateur, y va à la chasse aux trésors et au fantastique, parfois plongeant audacieusement les mondes enfouis dans l'univers contemporain. 

Enki Bilal, Jul, Nicolas de Crécy, Winsor McCay, Frank Miller, Harold R. Foster, Milo Manara, Emmanuel Guibert, Andreas, Lorenzo Mattotti, François Schuiten, John Buscema sont exposés dans cette première séquence. Les grands noms de la BD comme Tintin, Alix, Blake et Mortimer ou Astérix sont absents.

"Il est temps de montrer autre chose de tout aussi passionnant que les éternels représentants de la BD largement accessibles par ailleurs", justifie Fabrice Douar, responsable pour la bande dessinée aux Éditions du musée.

Jul
Jul © Dargaud

"Désacralisation du lieu"

Pour Jul, auteur de la célèbre BD Silex and the City, cette exposition contribue à une "désacralisation du lieu", le rendant plus accessible à des jeunes. Il est représenté par quelques planches humoristiques, dont l'une imagine la chambre d'une adolescente à l'époque de l'Âge de pierre. Il relève les convergences entre 9e art et archéologie:

"Nous devons remplir les blancs entre les fragments dont nous disposons: c'est un travail d'imagination scientifique pour les archéologues, un travail d'imagination artistique pour nous", dit-il à l'AFP.

Jean-Luc Martinez, président-directeur du Louvre et commissaire de l'exposition, souligne que la BD "est présente ici comme un art: elle n'est pas là comme un décor, une mise en scène; elle n'est pas là non plus comme une documentation" des œuvres exposées. Il s'agit, explique-t-il à l'AFP, de rendre l'immense musée plus "accueillant", la BD interpellant le spectateur non initié sur une des œuvres exposées, ce qui peut lui donner envie d'aller visiter le département d'où elle provient.

J.L. avec AFP