BFMTV

Avec Sting, la musique a fait son retour au Bataclan

Sting a assuré ce samedi le premier concert au Bataclan depuis les attentats du 13 novembre, lorsque 90 personnes avaient été tuées par un commando terroriste.

Un an après, 1.500 spectateurs ont assisté à la prestation du chanteur britannique dont plusieurs rescapés et proches des victimes. "Ce soir nous avons deux tâches à concilier : d'abord se souvenir de ceux qui ont perdu la vie dans l'attaque, ensuite célébrer la vie, la musique dans ce lieu historique", a déclaré en français l'artiste avant de proposer une émouvante minute de silence. 

Puis il s'est lancé, accompagné du trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf, dans le morceau "Fragile", prélude à un concert d'une heure environ devant une salle pleine.

"Une reconquête"

Dans le public, c'est un mélange d'émotion, entre cris de joie, applaudissements mais aussi quelques larmes sur certains visages. Avec des moments de partage, main dans la main.

Pour Georges Salines, président de l'association de victimes "13 novembre: Fraternité et Vérité" et qui a perdu sa fille Lola, la réouverture du Bataclan, "c'est presque une reconquête d'un espace par la musique, par la fête, contre les forces de mort".

"Ce n'est pas que le public qui va rouvrir le Bataclan c'est la France entière", a estimé sur place l'urgentiste et ex-chroniqueur de Charlie Hebdo Patrick Pelloux. 

Candice Mahout - BFMTV.com avec AFP