BFM Business

Essai - Nouveau Volkswagen Touareg, luxe XXL

Volkswagen avait lancé la première génération du Touareg en 2002. Cet été, le Topuareg revient pour une 3e génération.

Volkswagen avait lancé la première génération du Touareg en 2002. Cet été, le Topuareg revient pour une 3e génération. - JB

Volkswagen renouvelle son Touareg, le plus imposant vaisseau de sa gamme en Europe. Au programme: luxe et confort avec, en bonus, le plus grand écran jamais proposé par un constructeur traditionnel dans l'habitacle.

Le Touareg se refait une beauté. L'imposant nomade de Volkswagen revient cet été pour une troisième génération. Au-delà du look, la marque allemande en a profité pour y introduire la majorité de ses technologies les plus avancées. Découverte de ce vaisseau plus branché que jamais, prêt pour l'aventure avec sa motorisation taillée pour la piste.

Au royaume des technologies embarquées, ce nouveau Touareg se fait une place de roi au sein du groupe Volkswagen.
Au royaume des technologies embarquées, ce nouveau Touareg se fait une place de roi au sein du groupe Volkswagen. © JB

Mais pourquoi le Volkswagen Touareg?

Depuis le lancement de la 1ère génération en 2002, Volkswagen a écoulé plus d'un million d'exemplaires de son tout-terrain grand luxe. Il était à l'époque le premier modèle du genre lancé par le groupe Volkswagen, quelques mois avant le premier Cayenne chez Porsche et trois ans avant le Q7 d'Audi.

Si la première génération était clairement orientée tout-terrain, la deuxième, sortie en 2010, prenait elle une orientation beaucoup plus luxueuse et technologique. Cette troisième génération cherche donc à réunir le meilleur des deux mondes afin de se remettre à la page face à des concurrents comme le BMW X5, le Volvo XC90, le Mercedes GLE ou Land Rover Discovery. Si les volumes restent limités, 14.000 ventes en France en 2017 pour le segment du C-SUV (soit 0,7% du total), le Touareg fait figure de fleuron de la marque de Wolfsburg sur le Vieux Continent.

Avec ses 4,87 mètres de long (7,7 cm de plus que la précédente génération), il vient en effet couronner l'offre SUV de VW en s'appuyant sur plate-forme MLB du Cayenne, du Q7 et du Lamborghini Urus. En redescendant en longueur, il chapeaute ainsi le Tiguan Allspace (4,70 mètres), le Tiguan (4,48 mètres) et le T-Roc (4,23 mètres) en attendant le plus petit T-Cross (environ 4,10 mètres). Une gamme complétée par les formats des autres marques du groupe, de Seat à Skoda en passant par Audi et Porsche, pour se tailler la part du lion dans un segment qui concentre 36% des ventes depuis le début de l'année en France.

Le design plus fin des feux arrière Led et l'inscription "Touareg" suffisent à donner un  coup de vieux à l'ancien (à droite), beaucoup plus carré. La nouvelle génération reprend les faux airs de SUV coupé, très à la mode ces derniers temps.
Le design plus fin des feux arrière Led et l'inscription "Touareg" suffisent à donner un coup de vieux à l'ancien (à droite), beaucoup plus carré. La nouvelle génération reprend les faux airs de SUV coupé, très à la mode ces derniers temps. © JB

Au volant

Avec sa nouvelle calandre plus imposante et ses phares Led, le nouveau Touareg met d'emblée un sacré coup de vieux à la précédente génération. A l'arrière, le becquet plus proéminent lui donne un look plus dynamique. Comme le dernier T-Roc, l'inscription "Touareg" figure en majuscules sur le hayon. Ce détail révèle la volonté de VW d'affirmer davantage l'identité de ses modèles.

Si le style reprend les éléments en vogue, comme un pavillon de toit tombant façon SUV coupé, l'intérieur mise plutôt sur le confort. Avec une largeur dans l'habitacle de 1,93 mètre, la sensation d'espace à bord est omniprésente. Un sentiment renforcé par un nouvel écran XXL de 15 pouces (voir "LE chiffre"), qui vient compléter de manière harmonieuse les compteurs digitaux derrière le volant. Si on ajoute les nombreuses technologies disponibles, de l'affichage tête haute à la vision nocturne (voir "LE truc en plus) en passant par les sièges massant/chauffant/ventilés aux réglages infinis, ce nouveau Touareg coche bien toutes les cases du premium. Le prix se veut donc en adéquation avec cette ambition de luxe à la sauce VW. 

Notre version d'essai, en finition Carat Exclusive, démarre ainsi à 78.910 euros. Si de nombreux équipements sont inclus dans cette finition haut de gamme, il faut tout de même ajouter 7.330 euros d'options: 1.355 euros pour les sièges premium, 1.250 euros pour le joli "Juniper Green", 915 euros pour les jantes en alliage léger 20'' ou encore 975 euros pour la climatisation 4 zones. Et autant en malus avec 7.073 euros à débourser pour ses 173 g/km.

Côté motorisation, une seule est disponible au lancement avec les commandes déjà ouvertes: le V6 3.0 TDI de 286 chevaux et 600 Nm de couple associé à la transmission automatique Tiptronic 8 vitesses. Un moteur d'entrée de gamme (le même moteur en version 231 chevaux, 500 Nm) sera proposé au cours du 2e semestre afin de proposer un Touareg "à partir de 56.100 euros". Et en 2019, place aux moteurs de compétition avec une très attendue version essence qui exploitera un V6 TSI de 340 chevaux, 450 Nm et l'impressionnant V8 TDI 4 litres qui offrira 420 chevaux et 900 Nm, de quoi déplacer les montagnes de l'Atlas!

Avec ses suspensions relevées au maximum, notre Touareg est prêt à affronter les terrains difficiles.
Avec ses suspensions relevées au maximum, notre Touareg est prêt à affronter les terrains difficiles. © JB

Notre essai se déroule en effet dans les montagnes marocaines à une heure de route de Marrakech. Au programme: un bitume très accidenté et de la piste pour apprécier les capacités de baroudeur du nouveau Touareg. La puissance ne fait pas défaut à cette version de lancement, même si on reste un peu sur notre faim en mode sport. L'ensemble reste toutefois très performant pour faire avancer le vaisseau d'un peu plus de 2 tonnes. Le Touareg se montre même agile avec ses roues arrière directrices: fonction qui permet de faire entrer sans crainte l'éléphant de VW dans la boutique de porcelaine du souk de Marrakech... ou de manière plus réaliste (et vécue lors de l'essai) de faire un demi-tour aisément lorsqu'on se trompe de route.

Sur la piste, le Touareg a fait preuve de sa polyvalence. Notre pack offroad à 675 euros ajoute des modes de conduite et le réglage des suspensions pneumatiques, de quoi gagner 7 cm de hauteur au maximum. Et même sur ces terrains difficiles, le confort reste de mise avec une insonorisation particulièrement aboutie. Si on ajoute un assistant de maintien dans la voie, certes perfectible mais qui ajoute de la sécurité sur les longs trajets, et les régulateurs/limiteurs de vitesse, ce Touareg est bien armé pour vous emmener au bout du monde, ou juste sur votre lieu de vacances. Le coffre est d'ailleurs le principal bénéficiaire de l'agrandissement du Touareg. Avec 810 litres, il gagne 113 lites par rapport à la précédente génération. 

L'affichage tête haute complète la longue liste d'options sur ce nouveau Touareg.
L'affichage tête haute complète la longue liste d'options sur ce nouveau Touareg. © JB

"LE" truc en plus: une vision nocturne de fennec 

Tel le fennec qui chasse la nuit, le nouveau Touareg a de nombreux atouts pour se repérer dans la noir. Les phares reprennent la technologie Matrix Led d'Audi pour offrir un éclairage digne d'un spectacle son et lumière. Ils sont surtout adaptatifs. Il est ainsi possible de rester en feux de route, les Led pouvant cibler les voitures arrivant en face pour n'éclairer que le reste du champ de vision. En ville ou à basse vitesse, les feux passent automatiquement en feux de croisement.

Pour rassurer encore plus le conducteur, Volkswagen a ajouté un système de vision nocturne, qu'on trouve déjà chez les marques premium et récemment sur les DS7 Crossback et Peugeot 508. Sur l'écran des compteurs, il est possible d'afficher l'image filmée, en petit ou plein écran (avec l'affichage de la vitesse obligatoire qui se fait plus discret). La caméra infrarouge décrypte l'image. Elle détecte tout d'abord la présence d'individus ou d'animaux (pas trop petits) en bord de route. Ces derniers sont ensuite entourés d'un rectangle jaune, si le danger nécessite une simple surveillance du conducteur, ou rouge si le danger paraît plus probable, avec un éventuel déclenchement du freinage d'urgence.

Volkswagen mixe ces deux technologies, "Matrix Led" et "Night Vision", pour offrir une fonction assez originale. Si une personne ou un animal est repéré par le système et présente un danger, la voiture lui envoie un appel de phare parfaitement ciblé, sur la tête de l'homme ivre en bord de route ou du sanglier imprudent par exemple. Et vu la puissance des plein-phares, elle permet largement de faire fuir "l'animal" un peu trop proche du bord de la route. Un exemple assez bluffant du jeu collectif pratiqué par ces différentes technos.

Un aperçu de la "Night Vision" derrière le volant, des phares qui éclairent parfaitement la route et de l'ambiance lumineuse à bord du nouveau Touareg.
Un aperçu de la "Night Vision" derrière le volant, des phares qui éclairent parfaitement la route et de l'ambiance lumineuse à bord du nouveau Touareg. © JB

"LE" chiffre: 15

En entrant dans ce nouveau Touareg, c'est le premier détail qui saute aux yeux: le monumental écran tactile de 15 pouces. Au sein du groupe VW, c'est plus que les Audi A8/Q8 à 10,1 pouces ou que le Porsche Cayenne à 12 pouces.

Dans un ensemble très bien fini, il s'intègre parfaitement dans l'ambiance intérieure du véhicule pour offrir une jolie alternative aux champions de la discipline, Tesla et l'écran 17 pouces des Model S et Model X, ou Mercedes. La marque à l'étoile joue la carte de l'écran unique avec les compteurs et le tableau de bord dédié à l'infodivertissement positionnés sur la même dalle numérique, de la Classe S jusqu'à la Classe A.

Le nouveau Touareg reprend cette disposition, à un détail près (peu visible par le conducteur). Les deux écrans sont en réalité séparés, d'un côté les compteurs, de l'autre, l'infodivertissement. Le volant masque cette séparation au conducteur. Mais côté passager, cette démarcation est bien (trop?) apparente, ce qui a fait débat. Explication de VW: cette jointure visible permet de faire comprendre que les deux écrans sont bien indépendants. Ils peuvent donc être changés individuellement en cas de panne. 

Principal avantage de cet écran géant de 15 pouces, il contribue nettement à l'impression de netteté d'un habitacle, où on ne compte plus aucun bouton en façade. Les derniers raccourcis indispensables se trouvent uniquement sur le volant et sur la console centrale. En termes d'ergonomie, ce nouveau Touareg fait forte impression. 

Ce luxe numérique a un prix: si "l'Innovision Cockpit" est de série sur les finitions haut de gamme Carat Exclusive et R-Line Exclusive, il est proposé dans un pack à 3.760 euros sinon. A la place, on retrouve tout de même le très bon écran 9,2 pouces, le Discover Pro introduit sur la Golf. Il risque de faire un peu petit dans un Touareg mais cela reste très bien intégré et performant. Vous pouvez vous faire votre avis avec les deux rendus de l'intérieur ci-dessous.

L'Innovision Cockit associe le Digital Cockpit (écran des compteurs) de 12,3 pouces au Discover Premium de 15 pouces. Ses points forts:  une très bonne définition d'écran et une réponse au toucher quasi-parfaite (le cas chez VW depuis quelques années).
L'Innovision Cockit associe le Digital Cockpit (écran des compteurs) de 12,3 pouces au Discover Premium de 15 pouces. Ses points forts: une très bonne définition d'écran et une réponse au toucher quasi-parfaite (le cas chez VW depuis quelques années). © Volkswagen
L'intérieur de série avec le Discover Pro de 9,2 pouces
L'intérieur de série avec le Discover Pro de 9,2 pouces © Volkswagen

Notre modèle d'essai: Volkswagen Touareg avec le V6 3.0 TDI 286 ch en BVA8 et finition Carat Exclusive, ambiance Atmosphère, en "Juniper Green" métallisé, 86.240 euros avec options.

Julien Bonnet