BFM Business

Essai – Volkswagen T-Roc, bien plus qu'une grosse Golf

Le nouveau Volkswagen T-Roc, nouveau venu dans la bataille des SUV compact.

Le nouveau Volkswagen T-Roc, nouveau venu dans la bataille des SUV compact. - JB

Volkswagen se lance à son tour sur le segment des SUV compact avec son nouveau T-Roc. Polyvalent avec de nombreuses motorisations et équipements, il se présente comme un bon compromis face à ses nombreux concurrents.

Partir en dernier peut parfois avoir des avantages. Avec son T-Roc commercialisé depuis cette fin d'année, la marque Volkswagen clôt en effet le bal des nombreux modèles de ce style sortis depuis 2016. Rien qu'au sein du groupe allemand, ce nouveau modèle suit ainsi les sorties des Audi Q2, Skoda Karoq et Seat Arona. Dans ce contexte, on pouvait légitimement se demander comment Volkswagen allait marquer son entrée sur ce segment si concurrentiel du SUV compact.

Tout en restant sobre, le style du SUV compact coche les cases du SUV compact avec des passages de roue marqués notamment.
Tout en restant sobre, le style du SUV compact coche les cases du SUV compact avec des passages de roue marqués notamment. © JB

Mais pourquoi le Volkswagen T-Roc?

Le SUV compact est en effet présenté comme le nouveau roi de la route. Assez court pour se faufiler en ville, robuste et haut pour dominer les autres conducteurs, suffisamment puissant pour de plus longs trajets voire s'aventurer hors des sentiers battus, ce segment représente aujourd'hui une part non-négligeable des ventes de voitures neuves.

On s'en rend compte facilement en quelques chiffres: de 11% des ventes en 2011, les SUV représentent aujourd'hui le tiers des achats de véhicules particuliers neufs en France, dont une moitié de SUV compact. Volkswagen dégaine donc son T-Roc à un moment crucial. Et avec un nouveau nom à imposer au sein de sa gamme. Le "T", à prononcer à l'anglaise "Ti", reprend la sonorité du Tiguan, mais aussi le "T" du plus gros Touran.

  • Avec le T-Cross à venir fin 2018, plus petit que le T-Roc, Volkswagen couvrira ainsi le segment des SUV avec 4 tailles différentes. Et en ajoutant tous les modèles des autres marques du groupe allemand, on aboutit donc pratiquement à un véhicule tous les 5 centimètres entre 4 mètres et 5 mètres. De l'Audi Q2 au Q7 en passant par les Seat Arona et Ateca, Skoda Karoq et Kodiaq, et donc les modèles de marque Volkswagen, la couverture du terrain se révèle impressionnante! Mais que vaut donc le dernier-né, ce fameux T-Roc?
Le T-Roc est proposé avec un toit panoramique (forcément ouvrant chez VW) en option.
Le T-Roc est proposé avec un toit panoramique (forcément ouvrant chez VW) en option. © JB

En reprenant les codes actuels de Volkswagen, le T-Roc trouve tout de même un certain style propre. La face avant intègre une nouvelle signature lumineuse et une calandre qui le distingue nettement du Tiguan, mais surtout de la dernière Golf dont il se rapproche en longueur. Avec 4,23 mètres, il est même 2 cm plus court. Assemblé sur la même plate-forme que le best-seller de Volkswagen, le T-Roc n'est donc pas qu'une Golf surélevée. Il se démarque aussi sur ce point du design d'un Q2, son cousin chez Audi (4,19 mètres) et de ses principaux concurrents Fiat 500X (4,25 mètres), Opel Mokka X (4,27 mètres) et Mini Countryman (4,30 mètres).

On retrouve les attributs habituels des SUV afin de souligner leur côté baroudeur, comme les protections qui relient les passages de roues et les boucliers. Moins chargé qu'un Hyundai Kona, plus consensuel que le fun Citroën C3 Aircross, ce T-Roc reste en phase avec une "sobriété dynamique" qui caractérise les derniers modèles Volkswagen.

Le T-Roc est proposé au lancement avec 3 motorisations essence (le 150 ch est prévu début 2018) et 1 diesel.
Le T-Roc est proposé au lancement avec 3 motorisations essence (le 150 ch est prévu début 2018) et 1 diesel. © JB

Au volant

Notre premier modèle était équipé du TDI 150 chevaux en transmission intégrale 4motion (à partir de 32.200 euros). Un moteur un tantinet bruyant avec quelques errements inhabituels de la boite automatique DSG7. Le T-Roc a toutefois montré son efficacité sur les routes du Cap Corse, les quatre-roues motrices offrant un comportement sain dans les virages. Plus lourd et plus haut qu'une Golf, la tenue de route reste toutefois très correcte pour un véhicule de ce segment. La tendance au roulis paraît bien gérée, notre premier véhicule d'essai étant en outre doté du système DCC d'amortissement piloté.

Nous avons également pu prendre en main une version d'entrée de gamme équipée du 3 cylindres 1 litre essence de 115 chevaux (à partir de 21.990 euros). Un moteur de Polo qui s'en sort très bien sur ce T-Roc avec une bonne reprise et un comportement agréable. Il semble idéal pour une utilisation principalement urbaine mais reste performant sur route. Il a même su s'en tirer très correctement sur un chemin de terre assez pentu.

Le coffre offre des capacités variables jusqu'à 445 litres ici sur une version sans la transmission intégrale.
Le coffre offre des capacités variables jusqu'à 445 litres ici sur une version sans la transmission intégrale. © JB

Le truc en plus: personnalisation numérique ultra poussée

Nouvelle étape dans le développement de l'interface numérique chez Volkswagen, le système embarqué propose désormais la dernière version de l'écran d'info actif (Active Info Display), également proposé sur la dernière Polo mais que nous n'avions pas pu encore tester. Il permet de personnaliser l'écran tactile d'info-divertissement et l'écran des compteurs. Une bonne alternative à l'affichage tête haute que proposent certains de ses concurrents. Le conducteur peut en effet faire apparaître l'écran de navigation en plein écran derrière le volant (avec un affichage de la vitesse numérique qui reste forcément présent mais discrètement en bas à droite).

Le T-Roc propose la nouvelle version du système embarqué de Volkswagen avec la possibilité de personnaliser les compteurs, voire de les faire disparaître pour avoir le GPS derrière le volant.
Le T-Roc propose la nouvelle version du système embarqué de Volkswagen avec la possibilité de personnaliser les compteurs, voire de les faire disparaître pour avoir le GPS derrière le volant. © JB

Si on conserve les compteurs, il est aussi possible de les configurer en affichant les informations de son choix, consommation, indication de navigations ou des équipements de sécurité... Un niveau de personnalisation très poussé et un système agréable d'utilisation sur un écran de très bonne définition et particulièrement réactif. A la fois ergonomique et esthétique, l'apparition des icônes sur l'écran à l'approche de la main fait toujours son petit effet sur les derniers modèles VW équipés de cette dalle.

A 540 euros en option sur les finitions Lounge (à partir de 24.300 euros avec le TSI 115) et de série sur Carat, l'écran d'info actif peut valoir l'investissement pour passer aux compteurs numériques.

L'écran derrière le volant peut afficher le GPS avec ou sans des compteurs personnalisables
L'écran derrière le volant peut afficher le GPS avec ou sans des compteurs personnalisables © JB

"LE" chiffre : 21.990

La gamme de prix varie selon les finitions de 21.990 euros à 38.590 euros. Le TSI 115 ch en finition Lounge bien équipée (climatisation bi-zone, écran tactile 8 pouces au lieu du 6,5 pouces de série, aide au stationnement...), vendue à partir de 24.300 euros, paraît être un bon compromis. Pour plus de puissance, le 1,5 TSI de 150 ch démarrera à 26.200 euros lors de son lancement début 2018. Le T-Roc disposera un peu plus tard dans l'année de deux autres diesel, 115 et 190 ch.

Sans la transmission intégrale en option, le T-Roc peut tout de même jouer les baroudeurs.
Sans la transmission intégrale en option, le T-Roc peut tout de même jouer les baroudeurs. © JB

Nos modèles d'essai: le 2.0 TDI 150 ch DSG7 4Motion et le 1.0 TSI 115 ch.

Julien Bonnet