BFM Auto

Essai - Volkswagen Polo, elle a (presque) tout d'une grande

Volkswagen lance actuellement la 6e génération de la Polo, sa petite compacte.

Volkswagen lance actuellement la 6e génération de la Polo, sa petite compacte. - DP

La 6e génération de la Polo se veut plus techno, plus grande, sans pour autant être comparée à une petite Golf. Elle s'annonce surtout comme un véritable gisement de marges pour un Volkswagen en quête de paix.

La Polo, c'est la voiture passe-partout. Volkswagen renouvelle en ce début d'automne sa petite compacte, best-seller en France et en Europe. Si les habitués retrouveront leur Polo, le constructeur allemand promet beaucoup plus de technologies et de connectivité sur ce petit modèle, pour séduire une clientèle plus large. Et réaliser plus de marges.

La Polo reprend les canons esthétiques de la gamme Volkswagen, avec par moment de faux aires de Golf, sa grande soeur.
La Polo reprend les canons esthétiques de la gamme Volkswagen, avec par moment de faux aires de Golf, sa grande soeur. © DP

Mais pourquoi... la Volkswagen Polo?

La Polo occupe une place particulière dans l’histoire de Volkswagen, au même titre que la Golf. Si en Europe, la grande compacte domine, en France, la Polo reste le modèle le plus vendu de la marque allemande depuis le début de l’année: environ 30.000 exemplaires écoulés depuis janvier. Lorsqu’elle apparaît en 1975, la Polo fait la taille d’une Twingo actuelle, soit 3,50 mètres, et est en fait une déclinaison de l’Audi 50. Désormais, avec 4,05 mètres de long, elle fait plutôt la taille d’une Golf III, sortie en 1991. Souvent jugée discrète, à côté de la Golf, elle a pourtant trouvé sa place auprès des consommateurs: 17 millions de Polo ont été vendues depuis 1971.

Cette 6e génération fait en sorte de se démarquer, dans un segment très concurrentiel en Europe.

  • "Les constructeurs généralistes souffrent en Europe d’une position de marché compliquée, ils sont plutôt dans le creux de la vague, rappelle Frédéric Martinez, expert en marketing automobile. L’enjeu est pour eux soit de monter en gamme, et de vendre plus cher, ou bien de descendre en gamme".

Clairement, Volkswagen a choisi la première solution, en particulier sur le segment des "subcompact" comme la Polo. Comme le rappelle le site spécialisé Automotive News, cette catégorie de voitures est une des seules à ne pas être envahies par les marques premium. Or, les petites compactes se sont écoulées à 2,82 millions d’unités l’année dernière en Europe, selon le cabinet de statistiques JATO.

Avec 4,05 mètres de long, pour 2,56 mètres d'empattement, la Polo fait partie des plus grandes de sa catégorie.
Avec 4,05 mètres de long, pour 2,56 mètres d'empattement, la Polo fait partie des plus grandes de sa catégorie. © DP

Au volant

Une fois au volant, Volkswagen soigne particulièrement un détail: l’habitude. Une nouvelle Volkswagen reste une Volkswagen. Hauteur (très basse) des sièges, feeling au volant, le client s’y retrouve vite à son aise, comme à la maison. Selon le constructeur, le premier prescripteur d’achat d’une VW est un autre client Volkswagen, qui recommande son véhicule. L’Allemand n’a donc aucun intérêt aux changements trop brusques, cette Polo se conduit donc comme une Polo.

Becquet arrière, diffuseur avec inserts chromés, montant et épaules plus charnues, Volkswagen a voulu une Polo plus masculine dans son look. 52% des acheteus de Polo sont des acheteuses.
Becquet arrière, diffuseur avec inserts chromés, montant et épaules plus charnues, Volkswagen a voulu une Polo plus masculine dans son look. 52% des acheteus de Polo sont des acheteuses. © DB

Voiture polyvalente, la Polo réussit pleinement sa mission: être à l’aise et maniable en ville, comme confortable sur les trajets plus longs ou sur autoroute. La petite allemande est clairement moins précise dans sa tenue de route que sa rivale, la Peugeot 208, mais fait bien le job dans toutes les situations. Très souple, le petit moteur 3 cylindres 1 litre se fait assez rapidement discret, une fois passés les bas régimes et ses chuchotements pétillants.

La Polo dispose de feux arrière à LED...
La Polo dispose de feux arrière à LED... © DP

La motorisation essence 1 litre de 95 chevaux se montre largement suffisante pour une utilisation quotidienne. Volkswagen proposera prochainement des versions 115, puis 150 chevaux. Le constructeur offrira également deux motorisations diesel dans sa gamme, mais n’en fait pas étalage: le 4-cylindres 1,6 litre sera décliné soit en 80, soit en 95 chevaux. En fin d’année arrivera enfin la Polo GTI et ses 200 chevaux.

... comme à l'avant d'ailleurs
... comme à l'avant d'ailleurs © DP

L’un des plus gros changements de cette nouvelle génération, c’est sa planche de bord. L’écran tactile est désormais enchâssé sur un fond laqué, qui le relie esthétiquement aux compteurs. Des boutons physiques regroupent les principales fonctions du système d’info-divertissement, tout en laissant des éléments pratiques, comme la climatisation, accessibles via des boutons physiques. En résumé, une ergonomie bien pensée.

L'habitacle de la nouvelle Polo équipée du système Active Info Display. Il n'arrivera qu'en décembre sur la petite compacte, dont les commandes sont déjà ouvertes.
L'habitacle de la nouvelle Polo équipée du système Active Info Display. Il n'arrivera qu'en décembre sur la petite compacte, dont les commandes sont déjà ouvertes. © Volkswagen AG

"LE" truc en plus: la technologie embarquée

Volkswagen communique beaucoup sur l’arrivée sur la Polo de l’Active Info Display. Ce nouveau tableau de bord comprend un grand écran, qui comprend les compteurs comme l’écran d’info-divertissement. Le conducteur peut ainsi personnaliser son écran : grande carte du GPS entre les compteurs et musique sur l’écran de la planche de bord, ou compteur numérique et GPS. Malheureusement, nous n’avons pu essayer ce dispositif, il ne sera produit qu’à partir de décembre.

"De plus en plus, en particulier en ce qui concernent la connectivité et les aides à la conduite, les innovations ne viennent pas forcément du haut de la gamme, explique sur Automotive News Stefan Bratzel, directeur du centre de management automobile en Allemagne. La vitesse à laquelle le cycle d’innovation progresse est si dynamique que les constructeurs ne veulent plus faire attendre leurs clients plusieurs années entre l’arrivée d’une nouveauté sur les segments supérieurs et sur leurs voitures".

L'écran d'informations central, entre les deux compteurs, en attendant la nouvelle planche de bord Active Info Display, disponible seulement à partir de décembre.
L'écran d'informations central, entre les deux compteurs, en attendant la nouvelle planche de bord Active Info Display, disponible seulement à partir de décembre. © DP

La Polo n’en est pas moins une petite voiture bien connectée. Le dispositif AppConnect, avec CarPlay, Android Auto et Mirror Link, est accessible dès le milieu de gamme à partir de 255 euros. Elle est aussi équipée de série avec le système de détection des piétons et dispose donc d’un radar à l’avant, utilisé aussi pour le système d’aide au parking.

Notre version Carat haut de gamme offre elle un détecteur d’angle mort (330 euros en option), le régulateur adaptatif de vitesse (600 euros en option), et de série, le système de détection de la fatigue, les projecteurs à LED et l’aide au démarrage en côte. En conséquence, comme la dotation en équipement, le prix augmente. Notre Polo en Carat passe de 17.810 euros à 20.040 euros (notre version à l’essai atteint 23.590 euros avec les options).

Notre version à l’essai atteint 23.590 euros avec les options.
Notre version à l’essai atteint 23.590 euros avec les options. © DP

"LE" chiffre: 4,05

C’est en mètre la longueur de la Polo. La petite compacte n’a jamais été aussi grande, ce qui offre beaucoup de place dans l’habitacle (2,56 mètres d’empattement). Plus basse que la précédente génération et avec des flancs plus creusés et un diffuseur, la Polo se veut plus masculine dans son look. 52% des conducteurs de Polo sont aujourd’hui des conductrices.

Notre modèle à l’essai: Volkswagen Polo 1.0 TSI 95 DSG7 en finition Carat, équipée de la boite à double embrayage DSG7

Pauline Ducamp